le reste à charge des assurés va doubler à partir de mi-mai

Le reste à payer pour les assurés qui consultent le médecin passera de 1 à 2 euros à compter du 15 mai 2024.
PHILIPPE HUGUEN / AFP Le reste à payer pour les assurés qui consultent le médecin passera de 1 à 2 euros à compter du 15 mai 2024.

PHILIPPE HUGUEN / AFP

Le reste à payer pour les assurés qui consultent le médecin passera de 1 à 2 euros à compter du 15 mai 2024.

VIE – Bientôt deux euros non remboursés chez le médecin. Le doublement de la contribution forfaitaire (le reste à la charge des assurés) sur les consultations médicales entrera en vigueur le 15 mai, et non en juin comme initialement évoqué, a-t-on appris auprès de l’Assurance maladie.

Face à la dégradation des comptes de la Sécurité sociale, le gouvernement a décidé en janvier de faire payer un peu plus aux patients leurs consommations de soins, en augmentant la part non remboursée par l’Assurance maladie et les complémentaires santé.

Un premier volet de la mesure est entré en vigueur le 31 mars : le « franchise médicale » Doublé. Les assurés sociaux paient de leur poche un euro pour chaque boîte de médicaments ou acte paramédical, contre 50 centimes auparavant, et quatre euros par transport sanitaire au lieu de deux.

Quatre euros par jour maximum

En cas de cumul d’actes dans une même journée, le montant ne peut toutefois excéder quatre euros de responsabilité restante par jour pour les actes médicaux et huit euros pour le transport sanitaire.

Le doublement du « participation forfaitaire »cette responsabilité restante des assurés pour les consultations médicales, les examens de radiologie et de biologie, avait été initialement annoncée vers le mois de juin.

Elle entrera finalement en vigueur le 15 mai, a indiqué à l’AFP l’Assurance maladie, confirmant une information de l’Agence. Parisien. A partir de cette date, le coût restant de ces prestations s’élèvera à deux euros, contre un euro aujourd’hui.

Épargne pour la sécurité sociale

Afin que ceux qui ont le plus besoin de soins ne soient pas pénalisés, les deux plafonds annuels – l’un pour les franchises, l’autre pour les cotisations forfaitaires – sont maintenus à 50 euros chacun.

Les franchises et remboursements forfaitaires ne sont pas applicables aux mineurs, aux femmes en congé maternité et aux bénéficiaires de la complémentaire santé solidaire (C2S) – ces derniers ont des revenus particulièrement modestes.

Selon le ministère de la Santé, ces mesures devraient permettre d’économiser 800 millions d’euros par an pour les caisses de la Sécurité sociale.

Voir aussi sur HuffPost :

Quitter la version mobile