Skip to content
Le projet Britishvolt à Bécancour atteindrait 10 milliards de dollars


L’investissement projeté par l’entreprise britannique Britishvolt pour son usine de cellules lithium-ion à Bécancour atteindrait éventuellement dix milliards de dollars, selon ce que deux sources ont confié à TVA-Trois-Rivières.

• Lire aussi : Britishvolt s’intéresse à Bécancour

L’ancien Premier ministre Philippe Couillard, administrateur de Bristishvolt au Canada, n’a rien voulu confirmer lorsqu’il a été joint par téléphone, si ce n’est pour dire que « dix milliards, c’était beaucoup ». Le projet serait encore chiffré en plusieurs milliards de dollars. Il a également évoqué « des milliers d’emplois créés » sans compter ceux liés à la construction du complexe industriel. Enfin, il a estimé que c’était un projet qui « évolue favorablement ».

À Bécancour, Britishvolt prévoit fabriquer des cellules de batterie pour véhicules électriques. La Société des Parcs Industriels et Portuaires doit respecter les accords de confidentialité. Il a néanmoins été reconnu que le dossier progresse favorablement. « Actuellement ils sont en train de compléter le niveau technique avec SCN Lavalin avec toutes les analyses de sol », s’est limité à dire Maurice Richard, président de la SPIPB.

L’entreprise a déjà obtenu un énorme terrain. Sa superficie représente environ 75 % de celle du terrain occupé plus loin par l’Aluminerie de Bécancour. Des échanges ont déjà eu lieu entre Philippe Couillard et le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon. Son cabinet s’en tient à dire que « le projet est en cours d’analyse ».

Le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, préfère rester sur ses gardes face à ce potentiel méga développement. « Il y a eu tellement de promesses, tellement d’annonces de projets qui n’ont pas eu lieu. Vous comprendrez ma très, très grande prudence », a consisté à dire le député.



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.