Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Le Premier ministre irlandais met en garde contre les dangers d’une guerre commerciale « choquante » et « inutile » entre le Royaume-Uni et l’UE

Publié le:

S’exprimant en marge du Forum économique mondial de cette semaine à Davos, en Suisse, le dirigeant irlandais Michéal Martin a accusé le Royaume-Uni et le Premier ministre conservateur Boris Johnson d’avoir bloqué les pourparlers entre Bruxelles et Londres sur la circulation des marchandises entre la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord.

Martin a déclaré que la République d’Irlande et l’Union européenne « ne voulaient pas d’une guerre commerciale » avec le Royaume-Uni, ajoutant qu’un tel conflit serait à la fois « choquant » et « inutile ».

Il a déclaré que le gouvernement britannique devait « entrer dans le tunnel et négocier » sur les modifications des accords commerciaux post-Brexit qui affectent l’Irlande du Nord.

Le problème est la nécessité de contrôler le passage des marchandises à travers la frontière terrestre séparant l’État membre de l’UE, la République d’Irlande, de l’Irlande du Nord non membre, qui fait partie du Royaume-Uni.

Protocole d’Irlande du Nord

Le soi-disant protocole d’Irlande du Nord, conclu entre Londres et l’UE en 2019, est une tentative d’avoir une frontière qui n’est pas une frontière.

Les réglementations alimentaires européennes, par exemple, exigent que la viande, le lait et les œufs de tout pays non membre de l’UE soient inspectés pour garantir la conformité aux normes de l’UE à leur point d’entrée dans le bloc des 27 pays. A la frontière entre l’Irlande du Nord et l’Irlande, par exemple ?

Sauf que cette frontière n’existe plus et violerait l’accord de paix du Vendredi Saint de 1998 si c’était le cas.

L’accord de paix de 1998 a mis fin à près de trois décennies de violence sectaire en Irlande du Nord, et l’intégrité physique de l’île d’Irlande est l’un de ses principes directeurs.

Ainsi, le protocole propose de contrôler les marchandises à leur entrée en Irlande du Nord. Sauf que certains membres de la population loyaliste de la province y voient une diminution de leur statut au sein du Royaume-Uni.

En conséquence, le plus grand parti loyaliste d’Irlande du Nord, les unionistes démocrates, refuse de participer au gouvernement de partage du pouvoir de la province.

‘Une rançon’

Les nationalistes du Sinn Féin, l’aile politique de l’Armée républicaine irlandaise, aujourd’hui dissoute, et qui acceptent le protocole, affirment que les unionistes tiennent l’avenir politique de la province en otage. Le danger d’un retour à la violence sectaire est réel.

Désormais, Londres propose qu’il ne soit plus nécessaire de contrôler les marchandises conformes aux normes britanniques, où qu’elles soient exportées.

L’Europe a répondu en disant qu’une telle décision violerait l’accord post-Brexit et le droit de l’UE, et serait accueillie par Bruxelles « avec toutes les mesures à sa disposition ».

Lorsqu’on lui a demandé si cela signifiait une campagne de l’UE pour appliquer des tarifs à certaines exportations clés du Royaume-Uni, Martin a déclaré qu’il ne voulait pas « entrer dans les détails de quelque chose comme ça, car j’espère que c’est quelque chose que nous n’aurons jamais à envisager ».

« Pour l’instant, je dis simplement, et je dis toujours, allez-y, entrez dans le tunnel, le gouvernement britannique et l’UE, négociez et faites entrer les technocrates », a ajouté le Premier ministre irlandais.

Lorsqu’on lui a demandé qui, selon lui, était responsable de la crise, Micheal Martin a été clair.

« La seule décision unilatérale qui ait été prise ici a été celle du gouvernement du Royaume-Uni, qui a menacé de déchirer un accord international signé avec l’Union européenne », a-t-il déclaré.

rfi En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page