Skip to content
Le Premier ministre britannique survit à une motion de censure

Les députés conservateurs ont voté pour garder Boris Johnson à la tête de leur parti, battant la dissidence interne

Les députés conservateurs ont voté lundi pour maintenir le Premier ministre britannique Boris Johnson à la tête du Parti conservateur. Sa position était en danger à la suite du scandale du «Partygate», qui a vu le Premier ministre faire face à des critiques au sein du parti et parmi le grand public.

Sur les 359 bulletins de vote déposés, 211 députés votent pour soutenir Johnson, et 148 votent contre lui, a annoncé le parti lundi soir.

Le vote a été appelé plus tôt dans la journée par Sir Graham Brady, président du comité 1922 des conservateurs. La procédure a été déclenchée par au moins 54 députés conservateurs, qui ont envoyé des lettres à Brady exprimant leur manque de confiance dans la capacité de Johnson à diriger le parti.

Selon les règles actuelles, un autre vote de censure contre Johnson ne peut pas être appelé avant au moins un an, bien que Brady ait reconnu qu’en théorie, les règles pourraient être modifiées.

Downing Street avait précédemment déclaré qu’il s’attendait à ce que le vote « mettre fin à des mois de spéculation et permettre au gouvernement de tracer une ligne et de passer à autre chose » après le scandale du Partygate.

Un rapport complet de Sue Gray, qui a enquêté sur les fêtes organisées à Downing Street pendant la pandémie de Covid-19, a été rendu public il y a deux semaines. Le document accablant blâmé « la haute direction » pour avoir créé une culture de violation de la loi qui a permis aux fêtes de se produire malgré les restrictions imposées par le gouvernement. Une version abrégée du rapport a été publiée en janvier, alimentant le sentiment anti-Johnson en Grande-Bretagne et parmi les conservateurs.

RTEn

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.