Skip to content
Le Premier ministre australien se rendra en France pour « réinitialiser » les relations après une querelle de sous-marins

Publié le:

Le Premier ministre australien Anthony Albanese doit rencontrer le président Emmanuel en France la semaine prochaine alors que son nouveau gouvernement travailliste cherche à réparer les relations tendues l’année dernière lorsque l’Australie a abandonné un accord sur les sous-marins français.

Albanese se rendra en Europe dimanche pour le sommet de l’OTAN à Madrid les 29 et 30 juin et fera un détour par Paris pour continuer à réparer les clôtures après une dispute diplomatique majeure avec la France sur un accord sous-marin.

La décision de l’Australie d’annuler l’accord de 56 milliards d’euros avec le groupe naval français et de choisir un accord alternatif avec les États-Unis et la Grande-Bretagne pour acheter des sous-marins nucléaires a laissé les relations entre les deux pays en lambeaux.

« Nous devons réinitialiser, nous avons déjà eu des discussions très constructives », a déclaré le Premier ministre Albanese à la télévision ABC dans une interview jeudi soir, confirmant qu’il avait accepté une invitation de Macron à se rendre à Paris.

Versement de l’indemnité

Albanese, au pouvoir depuis un peu plus d’un mois, a confirmé il y a quinze jours que le gouvernement verserait au constructeur naval français 555 millions d’euros d’indemnisation pour l’accord sous-marin – évalué à 40 milliards de dollars en 2016 et estimé à coûter beaucoup plus maintenant – dans ses efforts pour réparer la faille.

« Il est important que la réinitialisation se produise. La France, bien sûr, est au centre du pouvoir en Europe, mais c’est aussi une puissance clé dans le Pacifique, dans notre propre région également… La visite de la semaine prochaine est un signe très concret de la réparation cela a déjà été fait », a déclaré Albanese.

L’Australie a été invitée à la réunion de l’OTAN avec d’autres non-membres de l’OTAN alors que l’alliance cherche à renforcer ses liens à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Au milieu des informations selon lesquelles il pourrait également se rendre en Ukraine, Albanese a déclaré que le gouvernement « obtenait des conseils de sécurité nationale à ce sujet ».

L’Australie, l’un des plus grands contributeurs non OTAN au soutien de l’Occident à l’Ukraine, a fourni des équipements d’aide et de défense et a interdit les exportations d’alumine et de minerais d’aluminium, y compris la bauxite, vers la Russie.

(avec Reuters)

rfi En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.