Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
À la uneNouvelles

Le pari risqué de Pedro Sánchez


contreTenter de rester au pouvoir sans majorité évidente comporte toujours un coût politique. Ce que le président du gouvernement espagnol, le socialiste Pedro Sánchez, paie pour maintenir sa position risque d’être exorbitant. Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), arrivé deuxième aux élections législatives du 23 juillet, juste derrière le Parti populaire (PP) de centre-droit d’Alberto Núñez Feijoo, a choisi de négocier un accord dans lequel les indépendantistes catalans joueront un rôle important. rôle crucial. Cet épilogue de quatre mois d’intenses négociations permet certainement à la gauche de diriger le pays en éliminant la menace d’une coalition entre la droite et l’extrême droite. Mais le compromis risque de polariser un peu plus l’Espagne, sans garantir sa stabilité politique.

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés. En Espagne, le pacte de Pedro Sánchez avec les indépendantistes catalans

En échange du vote pour l’investiture de Sánchez, les séparatistes du parti Junts de l’ancien gouverneur de la région, Carles Puigdemont, ont obtenu jeudi 16 novembre une amnistie générale qui a annulé la procédure judiciaire à leur encontre après l’échec de leur tentative de sédition. en 2017. Puigdemont, qui avait fui en Belgique pour échapper à la justice espagnole, pourra rentrer libre dans son pays et poursuivre ses rêves d’indépendance pour la Catalogne.

A lire aussi (août 2023) : Article réservé à nos abonnés. Carles Puigdemont, l’exilé catalan qui détient la clé du gouvernement espagnol

Cette loi d’amnistie, négociée dans le plus grand secret, a d’autant plus choqué l’opinion publique espagnole que, peu avant les élections législatives, M. Sánchez avait promis de ne pas participer à un tel processus. Aujourd’hui, l’objectif affiché est d’éviter de faire de Puigdemont et d’autres séparatistes des martyrs, alors qu’un nouveau procès et une probable condamnation de l’ancien gouverneur de Catalogne auraient ravivé les ressentiments.

Influence disproportionnée sur l’indépendance

S’il est vrai que les fractures ouvertes par la question de l’indépendance ne se résoudront pas uniquement devant la justice, la volonté d’apaisement du Premier ministre parvient difficilement à atteindre la population, bien au-delà d’une droite et d’une extrême droite ulcérées par ce qui est considéré comme une trahison.

Ce qui est critiquable, ce n’est pas tant le principe de l’amnistie que la manière dont elle a été négociée. L’accord fait la part belle à une réécriture flagrante de l’histoire et à des concessions peu susceptibles de réconcilier les deux parties. Sa rédaction ne laisse guère de doute sur le fait que ce sont les séparatistes qui ont dicté ses lignes générales, donnant au texte une apparence d’auto-amnistie peu compatible avec « la défense de la coexistence espagnole » affirme le leader du PSOE.

En concluant un pacte avec un parti qui a toujours prôné le radicalisme et qui a été dénoncé par Sánchez lui-même comme un partenaire peu fiable, le président du gouvernement court le risque de perdre le crédit politique qui lui restait. La tactique choisie est d’autant plus douteuse que l’accord donne une influence disproportionnée aux séparatistes et que tout débat sur l’avenir politique de la Catalogne peut se transformer à tout moment en un vote de censure de la majorité.

À cette instabilité potentielle s’ajoute un risque exacerbé de division du pays. Le parti d’extrême droite Vox, qui dirige désormais cinq régions espagnoles en coalition avec le PP, a largement bâti son succès sur sa réaction à la tentation indépendantiste catalane. En restituant ce dernier au commandement avec pour seul objectif de rester au pouvoir, Sánchez fait un pari qui contribue à renforcer une extrême droite contre laquelle il prétend lutter.

A lire aussi : Article réservé à nos abonnés. En Espagne, Pedro Sánchez obtient le soutien des indépendantistes catalans au prix de concessions qui enflamment le pays

Le monde


Gn fr headline

Cammile Bussière

One of the most important things for me as a press writer is the technical news that changes our world day by day, so I write in this area of technology across many sites and I am.
Bouton retour en haut de la page