Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles

Le nouveau gouvernement fragilisé par les accusations contre Damien Abad


Alexandre Chauveau
modifié en

08h36, le 23 mai 2022

A peine nommé, le nouveau gouvernement d’Elisabeth Borne enchaîne les polémiques. Après la nomination de Pap Ndiaye à l’Éducation nationale, vivement critiqué par une grande partie de la classe politique de droite pour ses prises de position passées sur les discriminations raciales ou les violences policières, Mediapart révèle que Damien Abad est accusé par deux femmes d’agressions sexuelles qui auraient pris lieu en 2010 et 2011. Le nouveau ministre de la Solidarité nie les accusations portées contre lui.

Accusé d’agressions sexuelles, Damien Abad s’est défendu ce dimanche. Bien que présumé innocent, le président du groupe LR à l’Assemblée nationale a été contraint de s’expliquer ce dimanche dans un communiqué : « Je conteste fermement ces accusations… Les actes relatés m’étaient tout simplement impossibles à accomplir en raison de mon handicap ». », a assuré le ministre après la publication d’un article dans Mediapart.

Damien Abad, atteint d’une maladie congénitale qui limite la mobilité de ses quatre membres, est accusé de viol par deux femmes. Le premier raconte avoir eu un trou noir après avoir bu une coupe de champagne avec l’eurodéputé de l’époque. Elle se serait réveillée le lendemain à ses côtés dans une chambre d’hôtel en sous-vêtements, se sentant droguée.

Le gouvernement affaibli

L’autre jeune femme qui l’accuse, ancienne militante du Nouveau Centre, décrit la « contrainte psychologique » qu’aurait exercée sur elle Damien Abad. Elle raconte ses SMS urgents pour obtenir une photo de sa poitrine, ainsi qu’une relation sexuelle marquée par « l’irrespect, l’injonction et l’insistance », et au cours de laquelle il lui aurait imposé une pénétration anale. Sa plainte, déposée en 2017, avait été classée sans suite après confrontation.

Interrogée sur le sujet, Elisabeth Borne, en déplacement ce week-end dans le Calvados où elle est candidate aux législatives, a déclaré ne pas être au courant. Mais, le nouveau locataire de Matignon prévient : « Si la justice est à nouveau saisie, nous en tirerons toutes les conséquences. » Une déclaration qui fragilise un peu plus Damien Abad et le gouvernement, alors que le premier conseil des ministres du nouveau quinquennat doit se tenir ce lundi à 10 heures.

europe1 Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page