Skip to content
Le ministre français annule sa rencontre avec Priti Patel à la lumière des critiques sur la crise des migrants
 | nouvelles du monde


nouvelles du monde

Le ministre français de l’Intérieur a annulé ses entretiens du week-end avec Priti Patel pour protester contre la lettre de Boris Johnson appelant les Français à reprendre les migrants de la Manche.

Gérald Darmanin s’est dit « déçu » par la lettre du Premier ministre au président Emmanuel Macron qui proposait également des patrouilles conjointes anglo-françaises aériennes, terrestres et maritimes après la mort de 27 migrants lorsque leur bateau a chaviré au large de Calais mercredi.

La ministre de l’Intérieur devait rencontrer M. Darmanin dimanche avec ses homologues d’autres pays de l’UE touchés par la crise des migrants, notamment la Belgique et les Pays-Bas, pour discuter de stratégies visant à prévenir de nouvelles tragédies.

Cependant, dans un message à Mme Patel, M. Darmanin lui a dit que la lettre de Johnson suggérant que la France reprenne les migrants qui traversent la Manche était une « déception ».

Il a ajouté : « Le rendre public a rendu les choses encore pires. Je dois donc annuler notre réunion à Calais dimanche. »

Sa décision représente un coup dur pour les tentatives visant à établir une coopération plus étroite sur le migrant de la Manche au milieu des tensions anglo-françaises persistantes concernant le Brexit, les droits de pêche et le récent pacte sur les sous-marins nucléaires Australie-Royaume-Uni-États-Unis.

Emmanuel Macron, le président français, a exhorté M. Johnson lors d’un appel mercredi soir « à s’abstenir d’exploiter une situation tragique à des fins politiques », selon une lecture du palais de l’Élysée.

Quelques heures plus tôt, M. Johnson avait appelé la France à « intensifier » et à faire davantage avec le Royaume-Uni pour arrêter les petits bateaux, affirmant que « nous avons eu des difficultés à persuader certains de nos partenaires, en particulier les Français, de faire les choses d’une manière que nous pensons la situation le mérite ».

Dans sa lettre rendue publique jeudi soir, M. Johnson a exhorté le président Macron à négocier un « accord de retour » qui permettrait au Royaume-Uni de renvoyer des migrants en France, Londres accueillant en retour davantage d’enfants migrants ayant des liens familiaux britanniques.

Downing Street considère le pacte comme la meilleure solution à long terme au problème croissant des traversées en bateau, car il saperait les passeurs promettant une route vers le Royaume-Uni.

Une source gouvernementale de haut rang a déclaré: « Un accord sur les retours serait le plus grand moyen de dissuasion contre ces crimes. Si les migrants qui traversent illégalement la Manche sont renvoyés en France, cela détruira totalement les gangs de passeurs. »

L’UE a rejeté un accord de retour dans le cadre des pourparlers sur le Brexit et le Royaume-Uni a jusqu’à présent eu du mal à conclure un nouvel accord avec l’UE ou des accords bilatéraux avec la France ou tout autre pays européen en dehors de l’Albanie.

Dans sa lettre, M. Johnson a également officiellement proposé à des centaines de membres du personnel britannique d’empêcher les migrants désespérés de prendre l’eau.

Il a suggéré qu’il pourrait y avoir des bottes britanniques sur la côte nord de la France dès lundi pour tenter d’empêcher une répétition de la tragédie de mercredi.

La France a jusqu’à présent farouchement résisté à toute initiative visant à autoriser les forces de l’ordre britanniques à opérer sur son sol, affirmant que cela violerait la souveraineté française

Dans sa lettre, le Premier ministre a également proposé de payer le personnel de sécurité privé pour effectuer les patrouilles conjointes si le personnel des forces frontalières est jugé inacceptable.

Il a proposé des patrouilles maritimes conjointes, qui pourraient voir des gardes-frontières opérer dans les eaux françaises.

Il a également proposé un plus grand partage du renseignement et l’utilisation de technologies plus avancées, notamment des capteurs au sol et des radars pour détecter les migrants avant qu’ils ne quittent la France.


telegraph Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.