Skip to content
Le ministre dont nous avons besoin

J’imagine que tu penses aux vacances. Après tout, nous sommes presque fin juin. Vous avez pris vos billets de train, vos places d’avion, réservé vos chambres d’hôtel ou vos gîtes ou vos bungalows ou tout ce que vous voulez. En bref : vous êtes prêt pour la grande migration. Pour que tout se passe bien, vous soupçonnez que les pouvoirs publics veillent sur tout cela. Surprise : comme l’ont constaté les mauvais esprits, le gouvernement d’Elisabeth Borne n’a ni ministre des Transports ni secrétaire d’Etat au Tourisme. Vous me direz que ce n’est pas trop grave, dans un gouvernement de l’ombre. Pourtant, ça craint. Le sociologue Jean Viard, spécialiste des loisirs, rêverait d’un « grand ministère de la culture, des vacances, du voyage et de la vie urbaine ». Et pourquoi pas, tant qu’on y est, des pique-niques, des sentiers côtiers, des randonnées en montagne, des séances de hamac dans le jardin, du parapente, de la brasse, du kayak, du vélo, des heures de lecture, des apéritifs entre amis, tout ce qui donne du goût à nos vacances. Cela ferait un ministère gros et costaud avec plein de secrétaires d’État, qui ressusciterait l’éphémère ministère du temps libre sous Mitterrand en 1981. Dans un grand geste d’ouverture, Emmanuel Macron pourrait le confier à Jean-Luc Mélenchon qui , aux dernières nouvelles, n’est ni premier ministre, ni chef de parti, ni même député. Et qui a donc beaucoup de temps libre. Banque?

New Grb1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.