Skip to content
Le Maroc « champion » des taux dans la région MENA

« Les politiques fiscales dans la région sont encore assez laxistes, y compris dans les pays où la fiscalité est la plus élevée », indique l’étude.

Le Maroc est le « champion » des impôts dans le monde arabe. Le pays a la fiscalité la plus élevée de la région, hors taxes sur les hydrocarbures. Ainsi, les taux d’imposition relatifs à l’impôt sur les sociétés (IS), à l’impôt sur le revenu (IR) et à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sont les plus élevés de la région. C’est ce qui ressort d’une nouvelle étude du groupe Crédit Agricole France. Les chiffres montrent que les niveaux d’imposition les plus élevés pour l’IS, l’IR et la TVA sont enregistrés par les pays d’Afrique du Nord, à l’exception de la Libye où les taxes sur la rente des hydrocarbures représentent encore la quasi-totalité des recettes fiscales, à l’instar des pays du Golfe.

De manière générale, « une étude approfondie de la fiscalité des pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord montre que les impôts, hors taxes sur les hydrocarbures, sont quasi inexistants dans les pays du Golfe et que les politiques fiscales sont encore assez laxistes, notamment dans les pays où la fiscalité est la plus élevée », indiquent les experts du groupe bancaire français. En matière d’impôt sur les sociétés, les pays du Maghreb affichent les taux les plus élevés (entre 25 et 31 %), à l’exception de la Libye (20 %). autres pays de la région MENA, les taux sont plutôt bas par rapport aux standards internationaux. Deux pays du Golfe y échappent encore : les Emirats et Bahreïn. L’impôt sur le revenu, quant à lui, est la recette fiscale la moins partagée au Moyen-Orient et seulement la moitié des pays de la région (neuf sur dix-huit) l’utilisent Si le RI est relativement élevé dans les trois principaux pays du Maghreb (entre 35 et 38 %, taux maximum), il est inexistant dans la quasi-totalité des pays producteurs de pétrole. Ailleurs, une majorité de pays ont adopté tranches d’imposition en fonction du revenu. La progressivité est donc la règle, même si le taux maximum reste loin des normes européennes, est-il précisé. Quant à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), « les taux sont plutôt modérés, sauf au Maghreb où ils se rapprochent des normes de l’administration française ». Le taux le plus élevé est enregistré au Maroc.



lematin

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.