Skip to content
Le lobby des énergies fossiles, présent en masse à la COP27 ?


Politiciens, scientifiques, citoyens… et le lobby des énergies fossiles ? Les COP (conférences des parties) rassemblent tout un cortège de participants, aux intérêts stratégiques et économiques parfois divergents. Si l’intervention d’industriels lors de ces sommets n’est pas une nouveauté, il est néanmoins intéressant de noter une évolution d’un point de vue quantitatif.

L’ONG Global Witness, dont l’analyse fait l’objet d’un article dans le Bbcfait le calcul : alors que la COP26 de Glasgow en Ecosse comptait quelque 503 porte-parole des industries fossiles, la COP27 de Charm el-Cheikh en Egypte compte cette fois 25% de plus, avec 636 représentants – soit plus que toutes les délégations des dix pays les plus touchés par le réchauffement climatique (en particulier le Pakistan, le Bangladesh et le Mozambique).

Plus précisément, les 636 participants liés aux énergies fossiles – sur un total de 35 000 invités – se répartissent ainsi : 200 au sein des délégations des Etats – dont plus de la moitié dans celles des Emirats Arabes Unis (70) et de la Russie (33) – plus 436 dans les cortèges des groupements professionnels, organisations internationales ou autres ONG.

Les Emirats Arabes Unis, organisateurs de la COP28

L’explication porterait, plutôt que la proximité géographique entre les principaux producteurs d’hydrocarbures et le pays organisateur du sommet, sur le calendrier des COP. Les autorités égyptiennes doivent en effet passer le relais à l’Etat qui doit accueillir la COP28 l’année prochaine, et qui n’est autre que les Emirats Arabes Unis. D’où la sur-représentation de cette nation – 1070 invités, contre seulement 170 en 2021 – avec, mathématiquement, plus de représentants de l’industrie fossile.

Climat : à quoi servent les COP ?

Comme spécifié TF1Infola présidence de la Conférence – et donc du pays organisateur – alterne chaque année, selon un ordre défini, entre les cinq groupes régionaux définis par l’ONU, à savoir : Europe de l’Ouest, Afrique, Asie-Pacifique, Europe de l’Est, et enfin Amérique latine -Caraïbes.

Comme la COP27 se déroule sur le continent africain, la COP28 devra nécessairement se tenir dans la région Asie-Pacifique. Lors de la COP26, en novembre 2021, les États de cette aire géographique devaient ainsi s’entendre, en interne, sur lequel d’entre eux présenterait sa candidature à la présidence du sommet. Il s’avère que les membres ont choisi les Emirats Arabes Unis, et que ce souhait a été validé par le secrétariat de l’ONU sur le changement climatique.

Un frein à la lutte contre le réchauffement climatique

« La COP27 ressemble à un salon de l’industrie des combustibles fossiles», dénonce Rachel Rose Jackson, de l’ONG Corporate Accountability – l’un des groupes de militants qui ont contribué à la publication de données sur la représentation des lobbyistes lors de l’événement.L’agenda de l’industrie des combustibles fossiles est fatal. Leur motivation est le profit et la cupidité. Ils ne prennent pas l’action climatique au sérieux. Ils ne l’ont jamais fait, et ils ne le feront jamais« .

Gisements gaziers offshore : le nouveau scandale lié à TotalEnergies en 5 chiffres

Pourtant, le lobby des énergies fossiles se plaint au contraire d’être mis à l’écart. « Je vous garantis que même si nous devons payer pour venir ici, ils ne nous permettront pas de venir, car ils ne veulent pas que l’autre voix soit entendue.« , déclare le Dr Omar Farouk Ibrahim, chef de l’Organisation des producteurs de pétrole africains (APPO), interrogé par le Bbc.

« Si tu n’es pas autour de la table (négociations, NDLR)tu seras au menu», ironise le porte-parole, confiant sa volonté d’influencer les négociateurs pour qu’ils soutiennent le développement du pétrole et du gaz en Afrique. Alors que 600 millions d’Africains n’ont pas accès à l’électricité, il met en doute les promesses des pays riches en matière de technologie et aide financière: « Nous avons été trompés dans le passé. Et il n’y a aucune garantie (que ces pays) ne nous laissera plus tomber. »

Un argument qui ne plaît pas vraiment aux défenseurs de l’environnement, soulignant pour leur part le poids des énergies fossiles dans le réchauffement climatique, et le risque que leur utilisation fait peser sur la santé humaine, partout dans le monde – y compris en Afrique.

La dépendance aux combustibles fossiles compromet la santé humaine, selon une étude

« Si vous voulez lutter contre le paludisme, vous n’invitez pas les moustiques», lance Phillip Jakpor, originaire du Nigéria et membre de l’ONG Public Participation Africa, cité par le média britannique.Jusqu’à ce que le lobby des combustibles fossiles et les machines battent leur plein, nous ne ferons pas de progrès – et nous ne l’avons pas fait.« .

A lire aussi :

COP27 : Le monde au bord du « suicide collectif » climatique, prévient le patron de l’ONU

Le lobby des énergies fossiles, présent en masse à la COP27 ?

COP27 : le réchauffement climatique s’accélère et un nouveau record est en vue, prévient un rapport de l’ONU

Le lobby des énergies fossiles, présent en masse à la COP27 ?

COP27 : quels résultats pour les puissances mondiales dans la lutte contre le changement climatique ?

GrP1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.