Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles

Le législateur républicain inculpé George Santos fait face à une nouvelle décision de la Chambre des représentants des États-Unis visant à l’évincer


Le représentant américain George Santos (R-NY) quitte le Capitole après une série de votes, à Washington, États-Unis, le 15 novembre 2023. REUTERS/Elizabeth Frantz/File photo acquérir des droits de licence

WASHINGTON, 28 novembre (Reuters) – Deux députés démocrates de la Chambre des représentants américains ont décidé mardi d’imposer un vote pour expulser le représentant républicain George Santos, plongé dans un scandale depuis son élection en 2022 et accusé de corruption.

Cette décision, connue sous le nom de « résolution privilégiée », nécessite un vote sur la question dans les deux jours législatifs. La motion nécessite une majorité des deux tiers à la Chambre, que les Républicains contrôlent par une courte majorité de 221 voix contre 213.

Le bureau de Santos n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire. Il a déclaré vendredi dans une interview sur X Spaces qu’il s’attendait à être expulsé.

Le district de Santos, qui comprend une petite partie de la ville de New York et certaines de ses banlieues est, est considéré comme compétitif.

La manœuvre, qui a eu lieu alors que des manifestants devant le Capitole appelaient à l’expulsion de Santos accompagné d’un ballon de 15 pieds (4,56 m) à l’effigie du législateur du premier mandat, est la menace la plus récente contre le siège de Santos.

Les démocrates Robert Garcia et Dan Goldman, les législateurs qui ont déposé la résolution de mardi, ont présenté plus tôt cette année des résolutions visant à expulser Santos qui ont été renvoyées au comité d’éthique de la Chambre des représentants.

Santos a survécu au vote visant à l’évincer le 1er novembre, mais le 16 novembre, à la suite d’un rapport cinglant du comité d’éthique à majorité républicaine, son président, Michael Guest, a déposé sa propre motion pour expulser Santos.

La Chambre n’a pas encore prévu de vote sur l’une ou l’autre de ces nouvelles motions.

Plus tard mardi, Anthony D’Esposito, un législateur républicain de New York, a proposé sa propre motion pour forcer un vote sur l’expulsion de Santos, en utilisant la résolution de Guest.

Guest a présenté sa motion après qu’un rapport de ses collègues de la Chambre ait suggéré que les procureurs fédéraux devraient porter des accusations supplémentaires contre Santos, 35 ans, qui a fabriqué de larges pans de l’histoire de sa vie au cours de sa campagne électorale.

Le rapport faisait état d’une mauvaise tenue des comptes et d’une mauvaise utilisation des fonds de campagne, si répandue que son élection « remettait en question l’intégrité de la Chambre ».

Santos avait précédemment plaidé non coupable des accusations fédérales portées par les procureurs de New York pour blanchiment de fonds de campagne pour payer des dépenses personnelles et prélèvement sur les cartes de crédit des donateurs sans autorisation, entre autres violations du financement de la campagne.

Santos a déclaré après la publication du rapport qu’il ne se présenterait pas à la réélection en 2024, mais a refusé de démissionner avant cette date.

Le comité d’éthique a déclaré avoir renvoyé davantage de « conduites non inculpées et illégales » au ministère de la Justice pour d’éventuelles poursuites pénales, y compris de nouvelles preuves de prêts faussement déclarés reçus par la campagne infructueuse de Santos au Congrès en 2020, de remboursements de prêts inappropriés et d’« erreurs systémiques de déclaration » dans les deux cas. Campagnes 2020 et 2022.

Le rapport détaille également les dépenses extravagantes – et peut-être illégales – de l’argent de la campagne, y compris des milliers de dollars pour le Botox, des marques de luxe comme Hermes et des « petits achats » sur OnlyFans, un site Web connu pour son contenu sexuel.

Un certain nombre des 182 républicains qui ont voté contre l’expulsion de Santos le 1er novembre ont déclaré publiquement qu’ils ne le feraient plus.

S’il était expulsé, Santos serait le sixième législateur à être évincé par un vote de la Chambre.

Reportage de Makini Brice et Moira Warbuton ; Montage par Scott Malone, Grant McCool et Miral Fahmy

Nos normes : les principes de confiance de Thomson Reuters.

Acquérir des droits de licenceouvre un nouvel onglet

Makini Brice couvre le Congrès américain depuis 2021. Outre Washington, elle a également réalisé des reportages au Sénégal, en Haïti et en France. Elle faisait partie d’une équipe de journalistes qui détaillaient les liens des ancêtres des législateurs avec l’esclavage.

Gn En head

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page