Skip to content
Le Labyrinthe des insectes souhaite accueillir les visiteurs durant l’hiver


Pour ce faire, l’attraction touristique doit compléter l’isolation de sa zone d’accueil. Déjà 1500$ ont été investis pour isoler les murs, mais maintenant il faut investir environ 4000$ dans l’isolation du sol et des murs.

 » Pour l’été, c’est bien, les gens sont là. Mais on se dit qu’on peut étaler le chiffre d’affaires sur l’année et proposer l’activité le week-end, car on se rend compte qu’on a beaucoup de demandes en dehors de la période estivale. Cela nous aiderait beaucoup financièrement. »

Une citation de Tommy St-Laurent, propriétaire

Deux crapauds de canne, dans le labyrinthe d’insectes d’Amos.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Un meilleur environnement

L’isolation de la station d’accueil permettra également au Labyrinthe d’insectes d’offrir un environnement plus sécuritaire aux insectes, reptiles et batraciens vivants qui y sont hébergés.

Nous voulons renforcer nos infrastructures pour offrir de meilleures conditions à nos animaux, plutôt que de les déplacer à chaque fois, comme nous le faisions par le passé. Il y a donc un besoin des deux côtés, à la fois de la part des clients et de la part de nous. Nous pourrions simplement chauffer plus, mais cela serait un gaspillage d’énergie et des coûts importants. Ce n’est pas quelque chose de stable. S’il y a un problème pendant la journée, si le chauffage tombe en panne, il y a certains animaux qui pourraient mourir. Des écarts de 5 ou 10 degrés peuvent être fatals pour certains de nos animaux exotiquesexplique Tommy St-Laurent.

Le Labyrinthe des insectes souhaite accueillir les visiteurs durant l’hiver

Tommy St-Laurent veut isoler le bureau d’accueil du Labyrinthe d’Insectes derrière lui.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Campagne de financement participatif

Les entreprises locales sont déjà impliquées dans ce projet. Le Labyrinthe des Insectes a également lancé une campagne de crowdfunding.

Il s’autofinance depuis neuf ans. Nous n’avons jamais vécu sur une subvention. Ce sont les gens qui ont un intérêt direct qui font vivre l’entreprise et nous voulons qu’elle continue ainsi. En créant une campagne de financement participatif avec Gofundme, cela permet à Monsieur et Madame Tout le monde de donner un petit 20$, un petit 5$, une petite somme qui respecte leur capacité financière mais qui, en même temps, fait la différence pour noussouligne Tommy St-Laurent.

Il espère réunir rapidement les fonds pour réaliser les travaux cet automne.

Le Labyrinthe des insectes souhaite accueillir les visiteurs durant l’hiver

Tommy St-Laurent nourrit ici un tégu noir et blanc. Ce reptile peut atteindre jusqu’à 1,5 mètre de long à l’âge adulte.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

3000 visiteurs par an

Fondé il y a près de dix ans, le Labyrinthe des Insectes poursuit sa mission de sensibilisation du public à l’importance des insectes. Le site a ajouté des batraciens et des reptiles à son offre, toujours dans le but de mieux faire connaître ces êtres vivants, souvent méconnus et mal aimés du grand public. Tommy St-Laurent a également ajouté un élément amusant pour les enfants, avec des dinosaures durant la saison estivale.

« Nous avons des collections naturalisées qui ont été renouvelées. Nous avons les plus beaux papillons, les plus grosses sauterelles, les plus gros phasmes, ce sont de véritables trophées dans nos showrooms. Le poste d’accueil est devenu le salon. Il y a des présentations animées, où les gens peuvent interagir avec ou toucher certains animaux, créer un contact. Et tout cela se fait de manière respectueuse avec les gens, mais aussi en respectant la capacité des animaux », assure M. St-Laurent.

Chaque année, le Labyrinthe des insectes attire en moyenne 3 000 visiteurs et participe également à divers événements, en plus de faire des présentations dans les écoles et les CPE.

canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.