Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
NouvellesNouvelles du monde

Le Kremlin nie qu’une deuxième vague de mobilisation soit envisagée


Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a nié lundi que le Kremlin envisageait une deuxième vague de mobilisation pour renforcer davantage les forces russes en Ukraine.

« Il n’y a pas de discussions à ce sujet », a déclaré Peskov aux journalistes lors d’un appel, selon l’agence de presse officielle TASS.

Le refus du Kremlin d’un autre cycle de mobilisation est intervenu au milieu de spéculations croissantes selon lesquelles Moscou pourrait préparer une autre campagne de recrutement dans le but de remédier à la pénurie de main-d’œuvre russe en Ukraine.

Ces derniers jours, des politiciens de l’opposition, des analystes militaires et même certains blogueurs russes pro-guerre ont suggéré qu’une deuxième vague de mobilisation pourrait être envisagée.

« Il ne fait aucun doute qu’une nouvelle vague de mobilisation commencera à la mi-janvier », a écrit Kirill Gontcharov, le chef adjoint de la branche moscovite du parti libéral Iabloko sur Telegram.

« Ils envoient toujours des papiers d’appel, ils empêchent toujours les gens de quitter le pays », a déclaré Gontcharov au Moscow Times lundi.

Alors que Peskov a nié toute discussion au Kremlin d’une deuxième campagne de mobilisation, il n’a pas complètement exclu la possibilité que la Russie appelle des hommes supplémentaires pour combattre en Ukraine.

« Je ne peux pas parler au nom du ministère de la Défense. Il n’y a pas de discussions à ce sujet au Kremlin », a déclaré Peskov lors de l’appel à la presse.

Une campagne de « mobilisation partielle » à travers la Russie en septembre a vu l’appel d’environ 300 000 hommes dans les forces armées.

Marc Galeotti, un expert de la sécurité russe au sein du cabinet de conseil londonien Mayak Intelligence, a décrit une nouvelle campagne de mobilisation comme « hautement improbable » pour l’instant, ajoutant que l’armée était «a d’énormes problèmes pour gérer correctement la première vague et est occupé à essayer d’armer, d’équiper et de former au minimum 150 000 personnes environ pour former des unités capables d’être opérationnelles au printemps. »

On estime que 259 militaires appelés sont morts soit dans des camps d’entraînement en Russie, soit lors de combats ultérieurs sur les lignes de front en Ukraine, selon le média russe indépendant MediaZona, qui utilise des données open source pour suivre les morts russes dans le conflit. .

« Le niveau d’anxiété dans la société russe ne permettra pas au Kremlin d’entreprendre une deuxième vague de mobilisation », a déclaré Andrei Kolesnikov, expert en politique intérieure russe au Carnegie Endowment for International Peace, au Moscow Times.

Cependant, alors que la Russie continue de subir des revers sur le champ de bataille aux mains de l’armée ukrainienne, Kolesnikov a averti que rien ne pouvait être exclu en 2023.

« Tout dépend de l’humeur de Poutine au début de l’année prochaine », a-t-il ajouté.

Russia News

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page