Nouvelles locales

le gouvernement vise 700 000 contrats d’ici fin 2022

Pour le ministère des Finances, l’assurance inclusive peut décoller grâce à l’innovation et à la technologie.

Le ministère des Finances table sur 700 000 contrats d’assurances inclusives d’ici fin 2022. Plusieurs chantiers s’accélèrent afin d’inciter les assureurs à étoffer leurs offres afin de cibler les couches exclues et vulnérables de la population. C’est l’un des engagements pris par le gouvernement dans le cadre de l’accord de prêt de 120 millions d’euros signé en décembre dernier avec la Banque africaine de développement pour renforcer l’inclusion financière.

Le gouvernement travaille dur pour accélérer l’inclusion des Marocains dans l’assurance. Selon nos informations, le ministère des Finances table sur 700 000 contrats d’assurances inclusives d’ici fin 2022 pour renforcer la protection et l’insertion économique des populations cibles, notamment les ménages à faibles revenus et les TPE. En partenariat avec l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS) et les assureurs, le ministère entend encourager les propositions d’offres d’assurance inclusives plus larges afin de cibler les segments exclus et vulnérables. Population. C’est d’ailleurs l’un des engagements pris par le gouvernement dans le cadre de l’accord de prêt de 120 millions d’euros signé en décembre dernier avec la Banque africaine de développement pour renforcer l’inclusion financière. Pour y parvenir, plusieurs chantiers s’accélèrent sur les plans réglementaire et opérationnel. Ainsi, après son approbation par arrêté en date du 20 avril 2021, le ministère des finances a engagé le processus de publication de la circulaire ACAPS introduisant la définition de la micro-assurance et permettant la diversification des circuits de distribution des assurances. inclusive, notamment par le biais des établissements de paiement. Cette réforme vise à renforcer l’accès aux produits d’assurance pour un plus grand nombre de citoyens, permettant à terme de renforcer l’inclusion financière des jeunes, des femmes, des TPE et du monde rural. Sur le plan opérationnel, l’ACAPS, en concertation avec le secteur, a déjà développé des modèles de contrats de micro-assurance. Par ailleurs, l’Autorité a obtenu l’accord du fonds de Deauville pour le financement du premier exercice du baromètre de l’assurance inclusive, avec, au programme, une enquête annuelle de pénétration. L’objectif de cette enquête est de suivre le niveau d’accès des populations cibles à l’assurance du côté de la demande et d’évaluer l’impact des différentes mesures et initiatives prises. Les résultats de ce premier exercice de l’étude étaient attendus pour fin 2021. Par ailleurs, le Maroc a été sélectionné par l’Initiative Accès à l’Assurance (A2ii) pour participer à la deuxième session du « Laboratoire d’Innovation Assurance Inclusive (2020-2021) .

Dans ce cadre, une équipe nationale représentant les principaux acteurs de l’assurance inclusive a participé à des ateliers pour mieux connaître les populations cibles de l’assurance inclusive et rechercher des concepts et produits susceptibles de répondre à leurs besoins de manière innovante. . Selon l’ACAPS, plusieurs concepts innovants ont été sélectionnés par l’équipe et seront développés sous forme de prototypes. En octobre dernier, en collaboration avec la Fédération marocaine des sociétés d’assurance et de réassurance (FMSAR), l’ACAPS a présenté les résultats de cette expérimentation aux assureurs en vue d’améliorer l’accès à l’assurance pour toutes les populations. D’autres actions sont prévues par l’ACAPS pour encourager l’innovation dans l’assurance inclusive. Pour le ministère des Finances, l’assurance inclusive peut connaître un formidable essor grâce à l’innovation et à la technologie qui peuvent contribuer à réinventer d’autres formes de protection sociale répondant aux nouveaux besoins exprimés par les chômeurs qui créent leur propre entreprise. , par des retraités bénéficiant d’une pension modeste, des travailleurs indépendants peu ou moyennement qualifiés soumis à des fluctuations importantes de leurs revenus.

Pour la FMSAR, 2022 sera ainsi l’année de l’accélération de la transformation numérique du secteur. Parmi les actions majeures figure une étude conjointe entre l’ACAPS et la FMSAR pour la distribution des produits à l’ère numérique. Il consiste à mettre en place les prérequis réglementaires et les conditions appropriées pour permettre un développement harmonieux des ventes par ce canal. L’objectif principal est d’étendre la couverture pour soutenir la stratégie nationale d’inclusion financière. Et ce n’est pas tout. Dans le cadre du renforcement du rôle du secteur de la microfinance dans le développement de l’inclusion financière et la lutte contre la pauvreté, le gouvernement, à l’issue d’un large processus de consultation, a préparé et adopté la loi permettant la mise à niveau du cadre juridique régissant l’activité de la microfinance. Outre la définition de la forme juridique des institutions de microfinance, les grandes lignes de ce projet concernent la diversification de l’offre pour l’étendre à l’épargne et à la micro-assurance.



lematin

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page