Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
À la une

le gouvernement rend obligatoire la vente individuelle des médicaments en pénurie


Certains professionnels appliquent déjà cette mesure « de leur propre initiative ». Pormezz – stock.adobe.com

Pour l’exécutif, l’objectif est d’éviter que des cartons de médicaments inutilisés ne stagnent dans les placards des Français.

Même si l’hiver est encore loin, le gouvernement se prépare à éviter d’éventuelles ruptures de stock de médicaments. Selon une source proche du dossier interrogée par l’AFP, l’exécutif va rendre obligatoire la vente individuelle de certains antibiotiques.

Les produits concernés sont ceux en rupture de stock, délivrés sous prescription médicale. L’objectif est d’éviter que des cartons entiers de médicaments inutilisés ne s’entassent dans les placards des Français. « Il (n’y aura) pas de rationnement. L’idée est de rendre obligatoire la distribution des médicaments à l’unité en cas de tension. Mais pas tous, seulement certains antibiotiques« , a indiqué la source à l’agence de presse, qui ajoute qu’il « il y a aussi un intérêt à lutter contre la résistance aux antibiotiques comme celle-ci« . La France est en effet l’un des pays qui consomment le plus d’antibiotiques en Europe.

Pharmaciens mixtes

En réalité, ce dispositif est déjà utilisé par certains professionnels de santé. « Nous le faisons de notre propre initiative pour compenser les ruptures de stock, explique un préparateur dans une pharmacie des Alpes-Maritimeson passe commande dans un laboratoire à Marseille qui nous prépare des gélules que nous distribuons à l’unité, mais c’est beaucoup plus cher« . Parmi les médicaments concernés figurent l’antibiotique Clamoxyl ou encore l’anti-inflammatoire Solupred.

Mais pour d’autres pharmaciens, cette vente à l’unité pose un problème de traçabilité. « « Découper les blisters (coques des emballages, NDLR) n’est pas la bonne réponse. En termes de traçabilité des numéros de lot, c’est une vraie galère», estimait récemment le président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (Uspo). « Il n’y a pas de consensus sur la livraison unique d’un point de vue industriel», souligne le lobby des laboratoires pharmaceutiques (Leem).

Contacté, le ministère de la Santé n’a pas fourni plus de détails sur cette annonce. Mais cela permet notamment à Emmanuel Macron de respecter une promesse de campagne, évoquée en janvier 2017. »Je m’engage pour la généralisation des ventes unitaires du médicament», avait-il alors annoncé, sans se douter que les pénuries de médicaments allaient se multiplier au fil des années.

 » data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js » >

hd1

Gérard Truchon

An experienced journalist in internal and global political affairs, she tackles political issues from all sides
Bouton retour en haut de la page