Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
À la une

Le gouvernement remplace le président du Conseil d’orientation des retraites, après avoir critiqué ses rapports lors de la réforme des retraites


Lors du débat sur la réforme au printemps dernier, l’exécutif et la majorité ont critiqué le COR et son président, accusés de relativiser l’ampleur des futurs déficits.

Publié


Temps de lecture :
1 minute

Le président du Conseil d'orientation des retraites, Pierre-Louis Bras, le 11 juin 2015 à Paris.  (THOMAS SAMSON / AFP)

Un siège éjectable. Le gouvernement a décidé de remplacer le président du Conseil d’orientation des retraites (COR) Pierre-Louis Bras, dont il avait critiqué les rapports lors de la très contestée réforme des retraites. « Matignon m’a dit que je serai démis de mes fonctions lors du prochain conseil des ministres », Pierre-Louis Bras a déclaré à l’AFP mercredi 25 octobre, confirmant une information de Monde.

Lors du débat sur la réforme au printemps dernier, l’exécutif et la majorité ont critiqué le COR et son président, accusés de relativiser l’ampleur des futurs déficits. Cela fait « neuf ans que Pierre-Louis Bras (était) à la tête du COR »commente Matignon. « Ce n’est pas une sanction » mais « timing cohérent ». « La réforme des retraites est passée, le nouveau rapport annuel a été publié en juin 2023, et plusieurs personnalités nuancées doivent être reconduites » avons-nous ajouté à l’AFP.

Le COR, qui regroupe 41 membres, est un organisme d’expertise et de concertation, rattaché à Matignon mais qui travaille de manière indépendante. Son président est nommé par le conseil des ministres.

Lors d’une audition à l’Assemblée en janvier 2023, Pierre-Louis Bras s’est attiré les foudres du gouvernement et de la majorité qui préparaient la réforme des retraites, en déclarant : « Les dépenses de retraite ne diminuent pas ». « Il y a beaucoup d’hypothèses dans le rapport COR » et « cela pourrait nuire à la lisibilité de ses conclusions »a réagi la Première ministre Elisabeth Borne.

hd1

Gérard Truchon

An experienced journalist in internal and global political affairs, she tackles political issues from all sides
Bouton retour en haut de la page