Skip to content
Le gouvernement italien renforce les restrictions sanitaires pour les personnes non vaccinées – RT en français

Le gouvernement italien a décidé de mettre en place son « super pass vert » à l’issue d’un conseil des ministres. A partir du 6 décembre, les Italiens devront être vaccinés ou guéris du Covid-19 pour accéder à la plupart des lieux ouverts au public.

A l’issue d’un Conseil des ministres tenu le 24 novembre, Mario Draghi a annoncé le durcissement des restrictions sanitaires, notamment une accélération de la dose de rappel du vaccin et des restrictions pour les non vaccinés, créant ainsi le « super pass vert » réclamé par partie de la classe politique italienne. Une décision attendue, comme l’a reconnu le président du Conseil italien lui-même au début de la conférence de presse tenue à l’issue de la réunion.

« La situation est sous contrôle, nous sommes dans l’une des meilleures situations en Europe grâce à la campagne de vaccination qui a été un succès remarquable. Je remercie les citoyens qui l’ont rejoint avec une grande participation », a souligné dans un premier temps le chef du gouvernement italien. Il a ensuite nuancé ses propos en affirmant que « cette situation est en légère mais constante détérioration ».

Le pass vert sera obligatoire pour se rendre dans tout lieu ouvert au public, même les transports locaux

Le gouvernement a décidé que les personnes non vaccinées ne pourraient plus avoir accès aux restaurants, bars, cinémas, théâtres, discothèques et salles de musculation. Seules les personnes vaccinées et celles guéries depuis moins de six mois pourront y accéder, tandis que celles qui jusqu’à présent étaient autorisées à entrer en présentant simplement un test négatif ne pourront plus le faire.

Le journal italien La République détaillé les nouveautés introduites par le décret. Pour les touristes, il faudra également présenter le pass sanitaire. Cela affectera particulièrement le secteur hôtelier : les hôtels et hébergements étaient en effet restés ouverts à tous, mais désormais, en s’adaptant à ce qui se passe dans le reste de l’Europe, tous les clients devront avoir le pass vert. Si celui de base suffit, délivré sur résultat d’un test négatif, il ne sera néanmoins valable que 24 ou 48 heures. En cas de séjour prolongé, les clients non vaccinés devront donc refaire le test à la date d’expiration. Par conséquent, les responsables d’établissements doivent vérifier la validité des cartes de santé de leurs clients à chaque entrée.

Dans la restauration, l’accès sera également soumis au « super pass vert », à quelques exceptions près cependant. Selon La République, il doit toujours être possible de fréquenter les lieux en plein air ou d’entrer dans un bar pour prendre un verre sur le pouce en se tenant debout au comptoir ou pour acheter des plats ou des boissons à emporter.

Autre nouveauté du décret qui aura un impact radical sur la mobilité des Italiens : à partir du 6 décembre, le pass vert de base ne sera plus nécessaire uniquement pour prendre un avion, un train à grande vitesse, un bus ou un bateau reliant plus de deux régions, mais aussi pour tous les modes de transports régionaux et interrégionaux et les transports publics locaux.

Ces mesures entreront en vigueur à partir du 6 décembre et seront valables jusqu’au 15 janvier, à moins que la situation ne s’aggrave.

Obligation de vaccination étendue aux agents administratifs, forces de l’ordre et militaires

Par ailleurs, depuis le 24 novembre, tous les Italiens de plus de 40 ans peuvent recevoir la dose de rappel cinq mois après la deuxième dose, le ministère de la Santé ayant décidé de raccourcir le délai de six mois initialement prévu. Les personnes de plus de 18 ans pourront obtenir cette troisième dose à partir du 1er décembre, a déclaré le ministre de la Santé, Roberto Speranza. Cette troisième dose sera obligatoire à partir du 15 décembre pour tout le personnel de santé. La validité du pass sanitaire italien pour les personnes guéries du Covid a également été prolongée à 9 mois, dès le premier prélèvement positif.

L’obligation de vaccination, valable jusqu’ici pour le personnel de santé et le personnel enseignant, sera étendue au personnel administratif de ces deux secteurs, ainsi qu’à tous les membres de la police et des militaires.

Le gouvernement italien a donc suivi les doléances exprimées par les présidents de région lors d’une réunion tenue le 22 novembre. Ces derniers ont notamment réclamé ces mesures afin de préserver l’activité économique de tout confinement, sans cacher la volonté de discriminer ouvertement les personnes non vaccinées.

L’Italie, qui a payé un lourd tribut avec plus de 133 000 morts depuis le début de la pandémie, est une bonne élève en Europe avec plus de 75 % de la population vaccinée. En ne tenant compte que des personnes de plus de 12 ans, pour lesquelles les vaccins actuellement disponibles sont autorisés, plus de 84 % des personnes ont été complètement vaccinées et près de 87 % ont reçu au moins une dose.



Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.