Skip to content
Le gouvernement de l’Alberta interdit les mandats de masque scolaire et l’apprentissage en ligne uniquement


Aucune école ou classe de pré-maternelle de l’Alberta ne peut exiger que les élèves portent des masques pour aller à l’école, selon un nouveau règlement du gouvernement provincial.

Les règles, qui entrent en vigueur aujourd’hui, empêchent également presque toutes les écoles de l’Alberta de transférer les classes de la 1re à la 12e année vers un format uniquement en ligne.

Les classes de maternelle et de pré-maternelle sont exclues et les écoles situées dans des environnements sensibles tels que les hôpitaux peuvent être exemptées des règles.

« Les parents et les élèves m’ont dit à maintes reprises qu’ils veulent un environnement scolaire normal pour leurs enfants », a déclaré la première ministre Danielle Smith dans un communiqué de presse jeudi après-midi.

La déclaration de Smith a déclaré que les nouvelles réglementations « améliorent le choix éducatif » et exigent que le système éducatif soutienne ce choix.

La déclaration indique que le gouvernement est préoccupé par les implications pour la santé mentale des enfants qui manquent des cours en personne pendant la pandémie. Il indique également que certains enfants ont eu des difficultés avec l’apprentissage en ligne au cours des trois dernières années et qu’une option en personne devrait aider les enfants à suivre leurs études.

Le communiqué de presse indique que les écoles et les conseils scolaires cherchaient à obtenir des éclaircissements sur les mesures de santé publique qu’ils pourraient envisager d’adopter.

Le changement intervient alors que les hôpitaux et les écoles pour enfants sont aux prises avec une vague d’enfants et d’adolescents malades.

Les médecins disent que les services d’urgence pédiatriques à travers le pays sont débordés d’enfants qui se présentent avec des infections respiratoires et gastro-intestinales.

Les médecins de la santé publique ont déclaré que la grippe, le virus respiratoire syncytial (RSV) et le COVID-19 entraînent un triple coup dur pour les enfants.

Si le médecin-hygiéniste en chef de l’Alberta décidait d’exiger des mesures de santé publique supplémentaires à l’école pour contrôler les épidémies, ces ordonnances auraient préséance sur les nouveaux règlements scolaires.

En février dernier, le gouvernement de l’Alberta a levé les mandats de port du masque dans les écoles. Les familles de cinq enfants immunodéprimés et la Fédération du travail de l’Alberta ont alors contesté cette décision du gouvernement devant les tribunaux.

En octobre, un juge de la Cour du Banc du Roi a conclu que l’exigence du gouvernement de mettre fin aux mandats de masque était « déraisonnable » parce que la décision avait été prise par le cabinet et non par le médecin hygiéniste en chef, qui a ce pouvoir en vertu de la Loi sur la santé publique.

Le juge a également conclu que la ministre de l’Éducation, Adriana LaGrange, n’avait pas pris les mesures légales nécessaires pour empêcher les mandats de masque scolaire.

À l’époque, Smith a déclaré que le gouvernement examinait des voies légales pour résoudre ce problème.

Smith a fait campagne pour la direction du Parti conservateur uni sur la promesse que les enfants ne seraient plus jamais obligés de porter des masques à l’école.

La nouvelle réglementation s’applique aux écoles publiques, catholiques, francophones, privées et à charte.

Plus à venir.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.