Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

le gouvernement autorise les distributeurs à vendre de l’essence « à perte »

La Première ministre Élisabeth Borne a annoncé que les distributeurs pourraient vendre de l’essence  » à perte «  pendant quelques mois pour leur permettre « Baisser encore les prix »dans une interview mise en ligne samedi 18 septembre sur le site du Parisien.

« Avec cette mesure inédite, nous aurons des résultats tangibles pour les Français, sans subventionner le carburant. » a-t-elle assuré, après avoir rappelé que la vente à perte était interdite par la loi depuis 1963.

Le chef du gouvernement n’a pas accepté les propositions de l’opposition, qui réclament soit un rabais comme il y a un an, soit une baisse de la taxation de l’essence pour faire face à la flambée des prix des carburants, qui ont atteint la barre des 2 euros le litre.

Colère des pompistes

« Chacun prend sa part »dit-elle en s’assurant que « c’est normal d’impliquer de grands industriels »tout en rappelant que « la responsabilité de l’Etat est aussi de réduire son déficit et sa dette ».

Cette annonce a suscité l’étonnement de Francis Pousse, président du syndicat professionnel les Mobiliens qui représente 5 800 stations-service traditionnelles (hors grande distribution) dont 3 400 stations affichant la marque TotalEnergies.

Alors que TotalEnergies a déjà plafonné le prix du carburant à 1,99 € le litre dans la plupart de ses stations, Francis Pousse voit dans cette nouvelle mesure une réponse aux grandes surfaces, leur permettant de  » combattre «  sur ce marché ultra-concurrentiel, alors que le prix du marché « va bientôt dépasser 1,99 € ».

« Nous, pompistes, il n’est pas question de vendre à perte »a-t-il déclaré à l’AFP, avant d’ajouter : « Mes membres vivent de 40, 50 %, voire plus, de la vente du carburant, donc s’ils vendent à perte, je leur donne trois mois. » Dans un marché déjà très tendu, il souligne que la marge nette des stations traditionnelles est « 1 à 2 centimes » (par litre) en temps normal.

Quel effet sur le pouvoir d’achat ?

Francis Pousse dit aussi « sceptique » sur l’effet de cette mesure sur le pouvoir d’achat, car si les prix des fournisseurs des supermarchés continuent d’augmenter, ils ne pourront pas « Je ne peux pas me permettre de perdre 15 cents sur chaque litre d’essence ».

Il attend « des engagements rapides et fermes » du gouvernement à protéger ses membres de cette situation « déréglementation du marché ».

New Grb1

Gérard Truchon

An experienced journalist in internal and global political affairs, she tackles political issues from all sides
Bouton retour en haut de la page