Skip to content
Le G7 envisage d’appeler à des investissements publics « nécessaires » dans le gaz – POLITICO


MUNICH, Allemagne – Une proposition en cours de discussion par le G7 appellerait à utiliser l’argent des impôts pour des projets de gaz naturel en réponse à la guerre de la Russie en Ukraine – potentiellement en conflit avec les engagements climatiques du groupe.

Un projet de section du communiqué, qui n’a pas encore été approuvé par les dirigeants du G7, reconnaît que les investissements « soutenus par l’État » dans les projets de gaz naturel sont « nécessaires » pour apaiser la crise énergétique actuelle, tant qu’ils évitent de s’endormir sur des décennies de dépendance à l’égard de les combustibles fossiles et les efforts qui font dérailler pour limiter le réchauffement climatique, selon deux personnes qui ont vu le projet.

Les ministres du G7 ont convenu d’un langage similaire en mai. Le texte du communiqué fait l’objet d’intenses négociations et est susceptible de changer.

Le groupe, qui comprend sept puissances économiques et l’UE, s’est engagé à nettoyer rapidement leurs économies des combustibles fossiles au cours de cette décennie, signant plusieurs déclarations au cours de l’année écoulée en faveur d’un climat plus sûr. Mais lorsque les dirigeants arriveront dimanche au château bavarois de Schloss Elmau, ils subiront une pression concurrente pour faire face à la flambée des prix de l’énergie et aux efforts visant à libérer l’UE de sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie.

Cela a conduit plusieurs gouvernements de l’UE à redémarrer des centrales au charbon et à rechercher de nouvelles sources de gaz.

Les dirigeants européens, notamment l’hôte du G7 et le chancelier allemand Olaf Scholz et le Premier ministre italien Mario Draghi, ont courtisé les nations africaines qui cherchent à construire des industries d’exportation de gaz naturel vers l’Europe. L’UE et la Norvège ont également conclu un accord jeudi pour augmenter les livraisons de gaz.

Si la politique de sécurité énergétique du G7 passe par le financement public de projets à l’étranger, elle se heurterait à l’engagement pris par tous les membres du groupe – à l’exception du Japon et de l’UE – lors des négociations sur le climat de la COP26 l’an dernier d’arrêter le soutien public aux investissements internationaux dans les énergies fossiles en fin 2022, sauf dans des « circonstances limitées et clairement définies ». L’engagement a ensuite été pris par tous les ministres du G7 en mai.

« Revenir en arrière » sur ces promesses, a déclaré Luca Bergamaschi, fondateur du groupe de réflexion ECCØ et ancien négociateur du gouvernement italien, « marquerait l’échec de ce G7 ».

Cet article fait partie de POLITICO Pro

Le G7 envisage d’appeler à des investissements publics « nécessaires » dans le gaz – POLITICO

La solution à guichet unique pour les professionnels des politiques fusionnant la profondeur du journalisme POLITICO avec la puissance de la technologie

Le G7 envisage d’appeler à des investissements publics « nécessaires » dans le gaz – POLITICO


Des scoops et des idées exclusives et inédites

Le G7 envisage d’appeler à des investissements publics « nécessaires » dans le gaz – POLITICO


Plate-forme de renseignements sur les politiques personnalisée

Le G7 envisage d’appeler à des investissements publics « nécessaires » dans le gaz – POLITICO


Un réseau d’affaires publiques de haut niveau

Le G7 envisage d’appeler à des investissements publics « nécessaires » dans le gaz – POLITICO




Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.