Skip to content
Le Front de libération de la Bretagne de retour après les attaques contre les résidences secondaires ?  – RT en français

Le Front de libération de la Bretagne a envoyé un e-mail affirmant « des attaques contre des résidences secondaires ou des profiteurs de l’industrie du tourisme ». Ce serait le premier retour d’actions séparatistes violentes dans la région depuis 2000.

Le Front de libération de la Bretagne (FLB) a envoyé un courriel dans la soirée du 23 novembre dans lequel il revendiquait « des attaques contre des résidences secondaires ou des profiteurs de l’industrie du tourisme ». Dans le texte reçu par France Bleu, le FLB détaille les lieux où il a mené ses « attaques », mais sans préciser son mode opératoire.

France Bleu a répertorié les localités suivantes : Bas Sablons et Fréhel en 2017 ; Lancieux, Nevez et Fouesnant en 2018 ; nouveaux Nevez, Pleumeur-Bodou et Rosporden en 2019 et enfin Saint-Quay Portrieux et Sarzeau en 2020.

La FLB aurait également mené diverses actions en 2021, à Dinard en avril, Pont Avent en mai, Bono en juillet, Trégastel et Trédarzec en août.

Certaines de ces dates correspondraient en effet à des incendies de résidences secondaires, selon France Bleu, mais sans qu’il ait été établi d’intention délictuelle. Dans ce communiqué, le groupe affirme également son « soutien aux Bonnets rouges victimes du harcèlement judiciaire français ».

Des actions qui signent le retour du Front de Libération de la Bretagne ?

Selon Erwan Chartier, spécialiste de l’histoire de la Bretagne et auteur d’un livre sur le FLB, « on retrouve certains codes, comme la référence au « Kuzul Meur » [le grand conseil, en breton] et le timbre qui ressemble à celui des années 70 ». Il se méfiait cependant de la forme de la réclamation. « Une réclamation par e-mail est moins fréquente, car elle est plus traçable. Et c’est encore une organisation qui avait disparu à la fin des années 1970. Donc c’est un peu bizarre de le voir réapparaître en 2021 », a-t-il déclaré. L’absence de phrase en langue bretonne est également différente des revendications historiques du FLB.

Si ces revendications étaient néanmoins fondées, elles signifieraient le retour de violentes actions séparatistes en Bretagne. Le plus récent est l’incendie d’un engin de chantier en décembre 2020 à Rostrenen, également revendiqué par le FLB via un courrier postal. Les violences indépendantistes étaient pourtant au point mort dans la région depuis l’attentat de Quévert en 2000.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.