Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

Le dominant Tadej Pogacar gagne sur La Super Planche des Belles Filles pour prolonger l’avance du Tour de France

Mtout le monde a estimé que vendredi – la première arrivée au sommet de la course – était couru d’avance. Pogacar était tout simplement trop fort.

Eh bien, le joueur de 23 ans a fini par l’emporter. Mais, mon garçon, il a été poussé durement par le Danois Jonas Vingaard. Vingegaard (Jumbo-Visma), finaliste de l’an dernier, a attaqué Pogacar dans la dernière section graveleuse en haut de la montée – où les pentes dépassent largement 20% – et il a semblé un instant qu’il avait assez fait. Il a fallu un effort surhumain de Pogacar pour le contourner juste à la mort, le Slovène jetant un regard de côté à son rival danois alors qu’il franchissait la ligne. Était-ce un regard de type Lance Armstrong-Jan Ullrich ? Un look « je suis l’homme-ne-me-sale-pas-avec-moi » ? Était-ce une reconnaissance des efforts de son rival, le poussant si fort ? Quoi qu’il en soit, si Vingaard continue comme ça, nous pourrions encore avoir une course après tout.

« Certainement », a déclaré Richard Plugge, le manager de l’équipe Jumbo-Visma, lorsqu’on lui a demandé si la façon dont l’étape s’était déroulée lui avait donné confiance. « C’était tellement proche entre eux. Nous sommes toujours très en lice donc c’est très satisfaisant. L’arrivée est à Paris et pas ici.

Jumbo-Visma a un problème, à savoir que son autre leader du GC, Primoz Roglic, est toujours battu et meurtri par sa chute sur les pavés mercredi, alors qu’il a dû remettre sa propre épaule en place.

« Chaque coup de pédale que je fais assis est comme un couteau dans le dos », a admis Roglic après avoir eu du mal à descendre de son vélo à l’arrivée ici. C’est peut-être vrai, mais il était toujours troisième sur la ligne. « Incroyable », a déclaré Plugge. « [His crash on Wednesday] c’était comme sauter de sa voiture à 50 km/h et ensuite il a gravi cette colline comme ça.

Le quatrième coureur sur la ligne, juste devant Thomas, était Lennard Kämna (Bora-Hansgrohe), le dernier coureur restant de l’échappée du jour. L’Allemand a effectué un changement stupéfiant pour tenir le peloton à distance aussi longtemps qu’il l’a fait, les EAU forant dur à l’avant. Kämna a finalement été attrapé avec la ligne d’arrivée en vue, Pogacar et Vingaard le dépassant. C’était brutal et passionnant dans une égale mesure.

Derrière eux, un peloton éclaté a roulé sur la ligne, ou trébuché dans le cas du Sud-Africain Louis Meintjes (Intermarché-Wanty-Gobert), victime d’une mécanique dans le dernier secteur terre et contraint de courir les 200 derniers mètres. Quelle journée.

« Nous avons des cartes à jouer », a admis Thomas en se hissant à la troisième place avec ses coéquipiers non loin derrière. « Mais nous devons les utiliser au bon moment. Et il faut avoir les jambes pour le faire. Mais nous semblons à la minute. Espérons que des opportunités se présenteront et nous pourrons essayer d’utiliser ces chiffres. »


Pogacar gagne à nouveau: comme c’est arrivé. . . .




telegraph Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page