Skip to content
Le déficit budgétaire de l’exercice 2023 sera similaire au niveau budgétisé pour l’exercice 2022


L’ICRA prévoit une croissance du PIB d’une année sur l’autre (YoY) à 9,0 % chacun pour les exercices 2022 et 2023, en termes réels, avec un risque de baisse modeste pour l’exercice 2022 au milieu de l’écart Omicron.

Dans notre scénario de base, nous avons supposé que l’impact de la variante Omicron se limiterait au quatrième trimestre de l’exercice 2022 et qu’aucune vague majeure de Covid-19 n’émergerait au cours de l’exercice 2023. En termes de politique fiscale, nous n’anticipons pas de modifications majeures des impôts directs, dans la poursuite d’un régime fiscal stable et prévisible. Cependant, nous prévoyons une poursuite de la correction des structures de droits inversées compte tenu des récents efforts du gouvernement indien (GoI) pour soutenir les produits fabriqués localement, tout en nous concentrant sur la réduction de la fraude ainsi que sur la charge de conformité des entreprises et des contribuables individuels.

Nous estimons les recettes fiscales brutes du GoI pour l’exercice 2023 à ~ 27 000 milliards de roupies, soit une augmentation en glissement annuel de 9,3 % par rapport à notre niveau projeté pour l’exercice 2022. La croissance estimée des recettes fiscales brutes pour l’exercice 2023 est similaire à notre prévision de croissance du PIB réel de 9,0 % pour cet exercice. Les recettes fiscales directes devraient augmenter à un rythme plus sain de 14 % au cours de l’exercice 2023, dépassant notre estimation de la croissance du PIB nominal, la partie formelle de l’économie devant continuer à prospérer même s’il y a une autre vague de Covid-19.

A lire aussi :

Cependant, l’impact continu du récent allégement des droits d’accise devrait limiter la croissance des recettes fiscales indirectes à moins de 5 % au cours de l’exercice 2023. Nous projetons les recettes fiscales nettes du GoI à 18,3 billions de roupies dans notre scénario de base pour l’exercice 2023, une expansion en glissement annuel de 6,2 %. Nous prévoyons que les recettes non fiscales du GoI seront fixées à 2,7-3,2 billions de roupies pour l’exercice 2023, par rapport au niveau de 2,9 billions de roupies prévu pour l’exercice 2022. Dans l’ensemble, l’ICRA estime que les recettes du gouvernement indien augmenteront d’environ 4 à 7 % pour atteindre 21,0 à 21,5 billions de roupies au cours de l’exercice 2023, contre 20,2 billions de roupies au cours de l’exercice 2022.

En ce qui concerne les diverses recettes en capital, il est raisonnable de penser que le processus d’introduction en bourse de LIC sera achevé au cours du prochain exercice. En profitant de cela, nous nous attendons à ce que le gouvernement indien fixe les recettes de cette tête à 1,75 billion de roupies au cours de l’exercice 2023 BE, conformément à l’exercice 2022 BE.

De l’avis de l’ICRA, le budget de l’Union pour l’exercice 2023 devrait donner la priorité aux dépenses en capital et aux dépenses d’infrastructure, afin d’accélérer le cycle d’investissement, de générer des opportunités d’emploi et d’améliorer la demande intérieure.

En termes de dépenses de recettes, l’ICRA s’attend à ce que les dépenses pour les principales subventions (nourriture, engrais et carburant) connaissent une modération au cours de l’exercice 2023, par rapport à l’exercice 2022. Nous prévoyons des dépenses pour les subventions alimentaires à 2,5 billions de roupies pour l’exercice 2023, dans notre scénario de base, couvrant l’exigence normale en vertu de la loi nationale sur la sécurité alimentaire (NFSA). Cela implique une forte contraction en termes annuels, compte tenu de la base probablement élevée (~ 3,9 billions de roupies) après avoir pris en compte la sortie de trésorerie supplémentaire de 1,47 billion de roupies pour l’extension des céréales alimentaires gratuites dans le cadre du PMGKAY (Phase IV-V) pour l’exercice 2022 sur le BE.

Pour les engrais, l’ICRA prévoit une exigence de subvention de 1,3 à 1,4 billion de roupies pour l’exercice 2023 (similaire à l’estimation de l’ICRA pour l’exercice 2022 de 1,41 billion de roupies), en raison des prix internationaux élevés, bien qu’une certaine modération par rapport aux niveaux actuels soit attendue au deuxième semestre de l’exercice 2023.

De plus, l’ICRA estime l’exigence de la dépense à effectuer dans le cadre du MGNREGA à 750 milliards de roupies pour l’exercice 2023, dans notre scénario de base selon lequel 60 millions de ménages se verront offrir un emploi, au cas où aucune vague grave de Covid-19 n’émergerait au cours de l’exercice à venir. Des sorties de fonds en temps opportun dans le cadre de ce programme renforceraient la confiance et la demande de consommation dans les zones rurales.

Par conséquent, notre scénario de base prévoit une légère augmentation de 2 % des dépenses totales de recettes à 32 200 milliards de roupies pour l’exercice 2023, par rapport au niveau attendu pour l’exercice 2022. Avec une croissance de 8 % des investissements bruts, les dépenses totales du GoI sont projetées à 38,2 billions de roupies pour l’exercice 2023 (3 % de plus que notre estimation pour l’exercice 2022 de 37,2 billions de roupies).

Sur la base de nos hypothèses de revenus et de dépenses, au cas où aucune vague grave n’émergerait, le déficit des revenus devrait s’atténuer quelque peu à Rs. 11 000 milliards (4,2 % de notre estimation du PIB) pour l’exercice 2023, contre 11 500 milliards de roupies (5,0 % du PIB) prévus pour l’exercice 2022. En conséquence, le déficit budgétaire de l’exercice 2023 pourrait être budgétisé à 15,2 billions de roupies (5,8 % du PIB), similaire aux 15,1 billions de roupies de l’exercice 2022 BE.

Dans le cas contraire, l’ICRA prévoit un déficit budgétaire supérieur à 17 900 milliards de roupies (ou 6,9 % du PIB), en raison des deux principales dépenses destinées à renforcer la confiance des ménages, à savoir les céréales alimentaires gratuites dans le cadre du programme PMGKAY et une sortie améliorée pour MGNREGA. , dans un contexte de baisse des impôts indirects et de compression des flux de désinvestissement.

Aditi Nayar est économiste principal, ICRA. Les opinions exprimées sont personnelles

(Édité par : Ajay Vaishnav)


cnbctv18-forexlive-benzinga

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.