Skip to content
Le cow-boy John Ware sera inscrit sur la liste des personnes historiques nationales

Joe Anderson, représentant du gouvernement et membre de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada, a annoncé lundi sa désignation dans le cadre du Programme national de commémoration historique.

Une plaque en son honneur a été dévoilée lors d’une cérémonie à Ranch-Bar Usitué près Vision à long termeoù travaillait John Ware.

Il savait intimement [les] champs et [les] cours d’eau [ici]dit Joe Anderson, représentant de l’Alberta pour la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

 » John Ware, en tant que cow-boy, contremaître, éleveur, a démontré dans de nombreux cas, non seulement les compétences, mais aussi les possibilités du Canada. »

Une citation de Joe Anderson, représentant de l’Alberta pour la Commission des lieux et monuments historiques du Canada

Le processus de désignation dépend fortement des nominations publiques qui sont évaluées par Parcs Canada.

Un éleveur admiré

Après la guerre civile, John Ware a été libéré de l’esclavage et a travaillé comme cow-boy au Texas, en Idaho et au Montana avant de traverser la frontière canadienne.

En 1882, l’ancien esclave est entré dans le district de l’Alberta avec une équipe de pisteurs qui a conduit plus de 3 000 bovins.

Ils se sont rendus sur le site maintenant connu sous le nom de Ranch-Bar U. Là, il a élevé des troupeaux pour de grandes entreprises avant d’y construire son propre ranch.

John Ware s’est fait un nom grâce à ses compétences avec les bêtes et il était très respecté par les Blancs.

L’ancien esclave décédé en 1905 est admiré pour avoir créé son propre ranch et réussi sa carrière d’éleveur, malgré le racisme.

Les réalisations de John Ware sont impressionnantes, notamment sa situation d’ancien esclave et le contexte social de l’époque, souligne Joe Anderson.

Il a réussi dans un environnement raciste. Il a rencontré beaucoup d’hostilité et d’antagonisme de la part des gens autour de lui.

Bien plus qu’un cow-boy

Cheryl Foggo, réalisatrice, est très heureux de la désignation John Ware. Pour elle, il est bien plus qu’un cow-boy.

Je me suis connecté à son amour des chevaux, à cet amour de ce lieu et de cette terre et à son africanité aussielle dit.

Selon elle, John Ware est une source d’inspiration pour de nombreux Noirs qui, comme elle, ne se sentaient pas représentés en Alberta.

Il rejoint 35 autres Albertains qui figurent sur la liste canadienne de plus de 725 personnages historiques.

Avec les informations de Marc-Antoine Leblanc

canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.