Nouvelles localesPolitique

Le « congé menstruel » est-il offert dans n’importe quel pays du monde ?


Un projet en Espagne et une poignée de dispositifs dans le monde, notamment dans les pays asiatiques : le « congé menstruel » pour les femmes ayant des règles douloureuses est encore un droit rare.

Espagne : un droit à venir

Le gouvernement de gauche espagnol a présenté le 17 mai un projet de loi pour créer un « congé menstruel », qui serait illimité mais qui devrait être validé par un médecin. « Nous allons être le premier pays d’Europe à mettre en place un arrêt maladie temporaire entièrement financé par l’Etat pour les menstruations douloureuses et invalidantes », a commenté la ministre de l’Egalité, Irene Montero. Le texte doit être approuvé par le Parlement où le gouvernement est un minorité, avant son entrée en vigueur.

⋙ L’Espagne va introduire le « congé menstruel », une première en Europe

Japon : en droit depuis 1947

Au Japon, le droit au congé menstruel est inscrit dans la loi depuis 1947 : les entreprises ne peuvent obliger une salariée à travailler si elle demande à être en « congé menstruel ». Il n’y a pas de limite au nombre de jours pouvant être pris pour ce type de congé, mais il est généralement non rémunéré. 30% des entreprises proposent de rembourser totalement ou partiellement ces congés périodiques, selon une étude du ministère japonais du Travail, réalisée en 2020 sur 6.000 entreprises. Cette enquête a ensuite établi que seulement 0,9 % des salariées éligibles déclaraient avoir pris un congé menstruel.

Corée du Sud : un jour par mois

En Corée du Sud, les employés sont autorisés à prendre un jour de congé menstruel par mois, qui n’est pas rémunéré. Les entreprises qui ne respectent pas la loi sont passibles d’une amende de 5 millions de wons, soit environ 3 750 euros. Selon un sondage réalisé en 2018, 19% des salariées déclarent user du droit au congé menstruel.-

Indonésie : un ou deux jours par cycle

En Indonésie, une loi adoptée en 2003 prévoit un ou deux jours de congés payés au début du cycle menstruel, en cas de règles douloureuses. La loi oblige uniquement les salariées à informer leur employeur de la date de prise de ces congés. Mais la mise en œuvre détaillée est laissée aux entreprises et à leurs employés. En pratique, de nombreuses entreprises n’autorisent qu’un seul jour de congé menstruel, voire aucun, choisissant d’ignorer la loi.

Taïwan : maximum trois jours par an

Taïwan reconnaît également le droit au congé menstruel pour les employées dans la limite d’un jour par mois et d’un total de trois jours par an. Cependant, il est toujours possible pour les salariées de bénéficier de plus de jours de congé menstruel, mais ceux-ci sont alors comptabilisés comme des jours de congé de maladie normaux. Le congé menstruel est remboursé, tout comme le congé maladie, en demi-journées travaillées.

Zambie : « Fête des mères » depuis 2015

Pays d’Afrique australe, la Zambie a adopté en 2015 une loi accordant aux femmes le droit au congé menstruel qui leur permet de prendre un jour de repos supplémentaire par mois, sans préavis ni certificat médical en cas de règles douloureuses. Surnommé « la fête des mères » dans le pays, le congé menstruel est généralement accepté mais certains employeurs restent réticents et exigent, par exemple, que les femmes donnent un préavis. « Certaines entreprises ne veulent même pas entendre parler du fait que leurs salariées ont droit à la +fête des mères+ », explique Ruth Kanyanga Kamwi, spécialiste de la communication et militante féministe. Mais grâce aux syndicats, de plus en plus de salariés exercent leurs droits, explique-t-elle.

Plusieurs entreprises proposent des congés menstruels dans le monde

Plusieurs entreprises à travers le monde offrent à leurs salariés la possibilité de prendre des « congés périodiques ». Le mouvement est récent avec des annonces faites ces derniers mois ou années. Ainsi, le fonds de pension australien Future Super, la société de livraison indienne Zomato ou le fabricant de meubles français Louis Design proposent six, dix ou 12 jours de congés payés. supplémentaires par an à leurs employées souffrant de menstruations douloureuses.

Lire aussi :

L’avortement, un droit fragile et d’accès inégal dans le monde

Droits des femmes : dates clés pour le droit à la contraception en France

Droits des femmes : dates clés pour le droit à la contraception en France

Télétravail : des subventions pour les personnes souhaitant vivre à la campagne

Télétravail : des subventions pour les personnes souhaitant vivre à la campagne

GrP1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page