Skip to content
Le Centre de prévention du suicide de Rouyn-Noranda veut être mieux reconnu


Le Centre de prévention du suicide de Rouyn-Noranda demande au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de reconnaître l’ensemble des services qu’il offre à la population. Un premier pas vers une éventuelle augmentation du financement de l’organisation.

Cependant, la directrice générale du Centre, Brigitte Laliberté, ne croit pas qu’à court terme, l’inclusion de l’organisme comme service d’intervention directe auprès des personnes vivant des situations problématiques aiguës suffira à obtenir davantage de subventions de l’État québécois.

Tant que le gouvernement n’investira pas de fonds supplémentaires dans le Programme de soutien aux organismes communautaires, rien ne changera. , précise-t-elle.

Brigitte Laliberté, directrice générale du Centre de prévention du suicide de Rouyn-Noranda

Photo : Radio-Canada / Désiré Kafunda

Par contre, une meilleure reconnaissance du travail accompli par le Centre pourrait permettre un financement plus approprié du MSSS à moyen terme, selon Brigitte Laliberté.

Nous offrons un soutien aux personnes ayant des pensées suicidaires et à celles qui sont en deuil. Nous faisons aussi beaucoup de promotion de la santé mentale et de la postvention après les suicides. Il n’est donc pas toujours pris en compte dans les catégories pour lesquelles nous sommes pour notre financement , argumente-t-elle.

Le Centre de prévention du suicide de Rouyn-Noranda a transmis sa demande de reconnaissance au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Abitibi-Témiscamingue. Le MSSS devrait ensuite l’analyser dans le cadre de la révision de son cadre de référence pour l’action communautaire.

canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.