Skip to content
L’Avalanche humilie le Lightning |  Le Journal de Montréal


Propulsé par un autre début de match frénétique, l’Avalanche du Colorado n’a fait qu’une bouchée du Lightning de Tampa Bay dans le match no 2 de la Finale de la Coupe Stanley samedi au Ball Arena. Les favoris du public l’ont facilement emporté 7-0.

• Lisez aussi : La longue route de Bowen Byram

• Lisez aussi : Coupe Memorial : trois espoirs du CH à surveiller

• Lisez aussi : Patrick Maroon, un habitué de la Coupe Stanley

Pour la deuxième fois en autant de tentatives depuis le début de cette série, les hommes de Jared Bednar ont battu le gardien Andrei Vasilevskiy à trois reprises en première période.

Valeri Nichushkin, en avantage numérique, a ouvert le bal un peu moins de trois minutes après la mise au jeu initiale. Josh Manson et Andre Burakovsky ont ensuite permis aux leurs de se retirer dans les vestiaires avec un avantage de trois buts.

L’Avalanche a poursuivi son travail de démolition en deuxième période. Valeri Nichushkin a de nouveau été le premier à secouer les cordes, moins de cinq minutes après le début de l’engagement. Darren Helm a ensuite donné à son équipe une avance de cinq buts.

La troisième période était entièrement consacrée à Cale Makar, qui a allumé la lanterne rouge deux fois plutôt qu’une. Il a d’abord tout géré en désavantage numérique, avant de convertir avec l’avantage d’un homme.

Vasilevskiy avait l’air plutôt mauvais, lui qui n’a arrêté que 24 des 31 rondelles qu’il a affrontées. À l’autre bout de la patinoire, Darcy Kuemper était beaucoup moins occupé, mais il a été beaucoup plus efficace, lui qui a signé le jeu blanc avec 17 arrêts.

Comme l’Avalanche, le Lightning devra être dominant dans son aréna s’il veut revenir de l’arrière dans cette série qui tire de l’arrière 2-0. Les deux prochains matchs, lundi et mercredi respectivement, se joueront à l’Amalie Arena.



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.