L’Atlético de Madrid est la risée de toute l’Europe

Alors qu’ils avaient bien maîtrisé le sujet lors du match aller au Cívitas Metropolitano (2-1), les Colchoneros se sont effondrés mardi soir au Signal Iduna Park face au Borussia Dortmund, en quart de finale retour de Ligue des Champions (4-2). . Une élimination à laquelle personne ne s’attendait, surtout après être revenu au score dans ce match, étant mené de deux buts à la pause. Ce retour à l’heure de jeu aurait dû être un coup de massue dans la tête des troupes d’Eden Terzic, notamment face aux joueurs de Diego Simeone habitués à conserver facilement l’avantage le couteau entre les dents. Mais à Dortmund, toute une philosophie, toute une identité s’est lamentablement effondrée, montrant ses limites. Les Colchoneros avaient une ouverture pour aller en demi-finale et peut-être même plus loin. Ils resteront finalement à quai, au grand dam du capitaine Koke : « Nous avons fait une belle campagne de Ligue des champions, mais ça fait mal. Nous sommes en colère parce que nous voulions passer. C’est le football et ça peut être cruel..

La suite après cette annonce

L’Atlético a encaissé un but lors de ses 11 derniers matches, sa pire série depuis que Diego Simeone était entraîneur de Madrid. D’ailleurs, l’entraîneur argentin n’a pas caché sa frustration après la rencontre : « Nous avons eu beaucoup d’occasions de marquer dans les deux matchs. Surtout à l’aller, où l’écart aurait dû être plus grand. Aujourd’hui, il y a eu un raté d’Alvaro Morata en première mi-temps et un raté d’Angel Correa après la pause. En face, ils n’ont pas eu d’occasions aussi nettes, mais ils ont été réalistes et ils ont réussi à inscrire quatre buts ce soir. Nous n’avions pas le même sang-froid devant la cage. Si tel avait été le cas, nous aurions été qualifiés., il a dit. La presse espagnole n’a pas été totalement tendre : le quotidien espagnol Marca comme « Tragédie de l’Atlético à Dortmund »alors que COMME a été plus incisif dans son titre en postant ce matin sur le site « Mort, résurrection et mort ». L’Atlético Madrid a été éliminé en quarts de finale de la Ligue des Champions lors de ses trois dernières participations à ce tour (2020, 2022 et 2024), après avoir atteint les demi-finales lors de trois de ses quatre précédentes (2014, 2016 et 2017). .

Lire
CdM des clubs : l’incroyable pactole perdu par le Barça

Une impression de déjà vu

La désillusion au Signal Iduna Park a rapidement trouvé sa place dans la galerie des déceptions longues et traumatisantes des Colchoneros dans l’histoire récente de la Ligue des Champions, avec ce qui s’est passé à Turin contre la Juventus de Cristiano Ronaldo en 2019, ce qui s’est passé à Lisbonne l’année du Covid-19 contre le RB Leipzig ou ce qui s’est passé à Porto lors de la phase de groupes de la Ligue des Champions l’année dernière. Dans tous ces souvenirs amers, les Colchoneros de Cholo Simeone débarquent favoris et s’en sortent bien jusqu’à une noyade inattendue. « Nous sommes très blessés, je pense que nous avons fait le plus difficile qui a été de marquer deux buts et nous n’avons pas su gérer le résultat, nous n’avons pas été très intelligents, il me semble », a expliqué Rodrigo De Paul en zone mixte mardi soir. Les médias espagnols n’ont pas été tendres avec l’Atlético. Le journal catalan sport partage froidement le titre « L’Atlético s’est écrasé contre le mur jaune ». Ce qui a été réalisé contre l’Inter Milan en huitièmes de finale a fait des Rouge et Blanc l’un des candidats évidents aux demi-finales après une soirée inoubliable au Metropolitano. Le tirage au sort leur a fait croiser la route du Borussia Dortmund qui ne vit pas sa meilleure période en Bundesliga. Depuis 2019, l’Atlético de Madrid n’a gardé sa cage inviolée qu’à deux reprises en tant que visiteur en Ligue des Champions sur un total de 20 matches : contre Salzbourg en 2020 et contre Manchester United en 2022. L’Atlético, en tant que visiteur en Europe, ne fait plus peur à personne. . L’essence du Cholo n’est pas la même, l’ADN de l’équipe est en train de muter mais pour le pire et les fans le savent.

La suite après cette annonce

Ce qui surprend, voire choque, l’Espagne aujourd’hui, c’est la différence flagrante d’expérience sur le papier entre les deux équipes. Les sorties médiatiques de Rodrigo De Paul et Diego Simeone peuvent paraître tout à fait exactes en raison de la jeunesse de l’équipe du Borussia Dortmund comparée à l’expérience de l’Atlético de Madrid qui compte dans son effectif cinq champions du monde (De Paul, Molina, Correa, Griezmann et Lemar). ) ainsi que des joueurs ayant remporté la Ligue des Champions, comme César Azpilicueta mais aussi des éléments vétérans ayant déjà disputé une finale avec les Colchoneros comme Giménez, Oblak ou Koke entre autres. Pendant longtemps, l’Atlético a résonné avec l’idée d’une équipe qui sait défendre solidement et intensément, tout en sachant jouer à la perfection les doubles confrontations européennes. Mais il n’y a plus grand chose de reconnaissable dans cet Atlético qui se prétendait l’équipe de Diego Simeone, porteur de certaines valeurs défensives. La sécurité n’est plus qu’un lointain souvenir, celui qui lui a permis de gagner des matches même par inadvertance. Cette équipe a désormais un jeu plus joyeux, plus coloré, plus offensif, capable de se créer des occasions mais encaissant quatre buts. Dans un match de Ligue des champions, impossible de passer à l’étape suivante dans ces conditions. Encore une fois favori mais toujours dans la rue. L’avantage du match aller n’a pas été d’une grande utilité, les hommes de Simeone auraient pu envoyer leur rival au tapis deux fois et ils ne l’ont pas fait, ce qu’ils ont payé cher, très cher.

Pub. LE
Mise à jour

Quitter la version mobile