Skip to content
L’armée malienne frappe des jihadistes après un massacre de civils

Publié le:

L’armée malienne a déclaré jeudi qu’elle avait mené des frappes aériennes contre des jihadistes Macina Katiba affiliés à Al-Qaïda dans le centre du pays après le massacre d’au moins 132 civils le week-end dernier.

Elle a mené des frappes entre lundi et mercredi autour de Bankass et Segue, près du lieu des tueries de masse, et aussi plus loin autour de Djenné et Tenenkou, a indiqué l’armée dans un communiqué.

« Ces actions résultent des efforts de recherche et de collecte d’informations sur les auteurs des attaques contre les civils du 18 juin », indique le communiqué.

L’armée n’a fourni aucune évaluation des opérations, ce qu’aucune autre source n’a confirmé.

Graves préoccupations

Le Mali a subi l’un de ses pires massacres de civils au cours du week-end, le dernier d’une série de massacres en cours à travers le Sahel.

Selon le gouvernement, 132 civils ont été tués à Diallassagou et dans deux villages environnants, à quelques dizaines de kilomètres de la ville de Bankass.

L’ONU, la France et d’autres observateurs internationaux ont exprimé de vives inquiétudes quant à la détérioration de la situation sécuritaire au Mali.

Des dizaines de civils ont manifesté mardi à Bankass pour exiger la protection de l’État.

Le Mali est secoué par des insurrections djihadistes depuis 2012.

La violence a commencé dans le nord, puis s’est propagée au centre et au Burkina Faso et au Niger voisins.

(avec des fils)

rfi En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.