Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles sportives

L’Afrique du Sud, ultime test pour des Bleus avides de victoires

Depuis douze mois, l’équipe de France de rugby n’a fait que gagner, signant une série inédite de 11 victoires. Il ne reste qu’une seule grande équipe à battre : l’Afrique du Sud, championne du monde en titre. Elle en aura enfin l’occasion, samedi, à Marseille.

Vous pouvez suivre cette rencontre en direct sur le site de France 24.

Le deuxième-ligne français Thibaut Flament a de quoi voir la vie en rose : depuis sa première sélection avec le XV de France il y a un an face à l’Argentine, il n’a jamais connu la défaite. En dix matches, il a remporté dix victoires, manquant de peu une rencontre face à l’Italie en février à cause du Covid-19. Et il débutera le samedi 12 novembre contre l’Afrique du Sud, championne du monde en titre.

Le palmarès de ce joueur talentueux épouse le parcours des Bleus qui ont signé, samedi, un record historique de 11 victoires consécutives en battant l’Australie au Stade de France. Un succès, obtenu sur le fil (30-29), qui leur a permis de préparer dans les meilleures conditions leur affrontement face à l’Afrique du Sud, seule équipe du Top 10 mondial que les Bleus n’ont pas battue ces 12 derniers mois.

Thibaut Flament et ses coéquipiers savent que les chiffres ne jouent pas en leur faveur, les sept derniers duels ayant tourné à l’avantage des redoutables Sud-Africains. Les Bleus ne les ont plus battus depuis 13 ans. Ils ont failli réussir leur dernier face-à-face, en novembre 2018, mais un essai marqué par le talonneur Bongi Mbonambi dans les arrêts de jeu a permis aux Springboks de s’imposer de justesse (26-29). Et aucun des 23 joueurs français retenus pour le match de samedi ne compte donc une victoire contre les Springboks à son palmarès.

Le prochain adversaire des Bleus est d’autant plus redoutable que les Sud-Africains, battus le week-end dernier par l’Irlande à Dublin (19-16), entendent rappeler leur suprématie et calmer les ardeurs des Français, à un an de la Coupe du monde organisée en France. « C’est un match très important pour les Sud-Africains. Ils savent qu’ils représentent un gros scalp que la France veut ajouter à sa collection », explique Dylan Jack, journaliste au magazine sud-africain SA Rugby.

Un nouveau profil d’adversaire pour les Bleus

Les Springboks veulent frapper un grand coup au stade Vélodrome de Marseille, une enceinte dans laquelle ils débuteront la prochaine Coupe du monde, le 10 septembre 2023, face à l’Ecosse. « On a le sentiment que les meilleures équipes du monde trouvent le moyen d’anéantir le système de jeu Springbok. Battre la France en France, surtout avec le pack français très fort, redonnerait de la réputation aux attaquants sud-africains. Sud », dit Dylan Jack.

Leur dureté physique est connue, et redoutée, sur tous les terrains de la planète. Les Sud-Africains aiment la bagarre et la rudesse. Ils ont des joueurs particulièrement rudes dans leurs rangs comme le deuxième ligne Eben Etzebeth. Son altercation avec le pilier australien Allan Alaalatoa en septembre dernier montre que ce joueur est un redoutable guerrier.

L’agressivité et la dimension physique de cette équipe intéressent particulièrement l’encadrement français qui souhaite voir les Bleus s’y heurter. « Il faut continuer à construire et grandir. Et l’Afrique du Sud présente un profil d’équipe que nous n’avons pas encore affronté », expliquait cette semaine en conférence de presse Laurent Labit, entraîneur en charge de l’attaque tricolore.

Les Bleus devront être capables de répondre physiquement à leurs adversaires, notamment en mêlée et en touche. Et pour cela, ils ne pourront malheureusement pas compter sur la puissance de leur deuxième ligne d’origine sud-africaine Paul Willemse, contraint de renoncer à cette tournée d’automne en raison d’une blessure musculaire.

Cheslin Kolbe Brindille

Les arrières des Boks regorgent également de qualités et les trois-quarts sud-africains, critiqués après la défaite en Irlande, entendent aussi briller par leur rapidité, leur technique et la précision de leur jeu de jambes, sur la pelouse de l’Olympique. Marseille. « Les trois quarts se voudront plus cliniques que face à l’Irlande. Ils ont eu beaucoup d’occasions offensives, notamment en première mi-temps, mais elles ont été gâchées ou très bien défendues », analyse Dylan Jack.

Les yeux des spectateurs se porteront notamment sur l’ailier Cheslin Kolbe, qui porte les couleurs du RC Toulon en club. Il l’a rejoint en 2021 après quatre brillantes saisons au Stade Toulousain, avec lequel il a été champion de France et d’Europe. Et ce joueur très explosif, diminué par plusieurs blessures ces derniers mois, pourrait bien gratifier le public du Stade Vélodrome avec son fulgurant ballon en main.

Cheslin Kolbe devra réussir à prendre une défense française bien en place sur laquelle les Bleus s’appuient pour enchaîner les bonnes performances. Le trois-quarts français suivra de près ce feu follet et ses coéquipiers depuis les lignes arrières. Ce sera la mission de l’ailier tricolore Damian Penaud, qui a marqué la semaine dernière face à l’Australie un essai décisif à quelques minutes de la fin du match. Il est le seul Français rescapé de l’équipe de France qui a débuté en 2018 contre l’Afrique du Sud. Et il espère, après quatre défaites face aux Springboks, pouvoir cette fois profiter d’un succès tant attendu par l’ensemble du rugby français.


France 24 Sport

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page