Skip to content
L’Afrique du Sud plongée dans le noir avec des coupures d’électricité de six heures

Publié le:

Les coupures de courant en Afrique du Sud se sont intensifiées, l’État le plus industrialisé du continent devant couper l’électricité pendant six heures par jour. La colère monte face aux mesures radicales, causées par des défaillances d’infrastructures vieillissantes et mal entretenues.

Andre de Ruyter, le patron de la société d’État Eskom, a annoncé une série de pannes prévues dans la semaine à venir.

Exhortant les Sud-Africains à utiliser l’électricité avec parcimonie, il a demandé que les lumières des bureaux soient éteintes la nuit et que les pompes et les chauffe-eau des piscines soient éteints aux heures de pointe.

« Si chacun joue son rôle, nous pouvons gérer la demande », a déclaré De Ruyter aux journalistes.

Développer une capacité de production efficace à grande échelle « prendra du temps », a ajouté le PDG.

Les gens se sont réveillés dimanche avec des nouvelles de coupures de courant « étape 6 », ce qui équivaut à six heures sans électricité par jour. Une situation difficile étant donné que c’est l’hiver dans le pays. Le délestage est programmé tout au long de la journée par tranches de deux à quatre heures selon les zones.

Colère

Le chef de l’exploitation d’Eskom, Jan Oberholzer, a déclaré dimanche lors d’un point de presse qu’il n’était pas certain à ce stade « quand nous serons en mesure d’assouplir l’étape actuelle de délestage ».

Bien que la société ait tweeté plus tard qu’il était possible que « le délestage soit réduit à l’étape 5 à minuit » lundi.

Aaliyah Dhoodad, une comptable de 37 ans originaire du Cap, est aussi furieuse que la plupart des Sud-Africains face à cette situation.

« C’est ridicule. Nous ne l’avons jamais eu aussi mal », a-t-elle déclaré à RFI. « Cela affecte tous les aspects de notre vie quotidienne comme le chauffage, la cuisine, la lessive, la télévision. Les surtensions font également exploser nos appareils électriques.

« Travailler à domicile est devenu un défi, les batteries des ordinateurs portables ne durent pas, le wifi est en panne ».

Les marchands ambulants ont déclaré aux médias locaux que la mesure paralysait leurs entreprises. Ils doivent travailler des heures supplémentaires afin de préparer la nourriture qu’ils vendent en fonction des heures de courant. Beaucoup disent que ce n’est pas viable.

Eskom en crise

Eskom, a du mal à répondre à la demande d’électricité car ses anciennes centrales électriques au charbon mal entretenues tombent en panne en permanence.

Elle explique que la panne de cinq groupes électrogènes les 16 et 17 septembre, d’une capacité cumulée de 2 400 MW, a nécessité l’escalade des délestages.

L’expert en énergie, Ted Blom, a déclaré à la chaîne d’information eNCA que la mauvaise gestion est l’une des causes profondes du problème.

« Après la prise de fonction d’André de Ruyter [as Eskom’s CEO], il a réduit le budget d’entretien et se vante du remboursement anticipé des prêts d’Eskom de plus de 2 milliards de rands. Jusqu’en 2001, Eskom était classé parmi les meilleurs services publics au monde », dit-il.

L’Afrique du Sud avait des années d’expérience dans la production d’énergie excédentaire qui était vendue aux pays voisins.

« Vous devez être un génie exceptionnel pour transformer le plus grand service public du monde dans le mauvais état dans lequel se trouve actuellement Eskom », a ajouté Blom.

De Ruyter a mis en garde contre les niveaux élevés de délestage attendus pour la semaine.

« Il est nécessaire d’intensifier le délestage pour arrêter l’utilisation des réserves de production d’urgence et commencer à les reconstituer », explique Eskom.

Cependant, les mesures quotidiennes pour faire face aux coupures de courant ne sont pas accessibles à tous les Sud-Africains.

« J’ai investi dans un onduleur pour alimenter mon wifi afin de pouvoir travailler », a déclaré Aaliyah Dhoodad. « Le passage également aux réchauds et radiateurs à gaz est maintenant devenu indispensable.

« Bien que l’énergie solaire soit de plus en plus populaire dans le pays, la majorité des gens ne peuvent pas se permettre les investissements coûteux ou vivent dans des bâtiments sans option d’énergie solaire. »

Une longue attente

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa écourte son voyage à l’étranger et retournera en Afrique du Sud immédiatement après les funérailles nationales de la reine Elizabeth II lundi.

« Le président ne se rendra plus à New York [for the United Nations General Assembly] de Londres. Au lieu de cela, il rentrera chez lui pour s’occuper du délestage actuel de l’étape 6 », a déclaré le porte-parole de la présidence, Vincent Ngwenya.

Le président Ramaphosa a annoncé des mesures en juillet pour encourager la production d’électricité privée pour compléter l’approvisionnement à partir de sources renouvelables.

Eskom a averti que ces plans pourraient ne pas donner de résultats au cours des 12 prochains mois environ.

L’Afrique du Sud produit 80% de son électricité à partir du charbon, ce qui crée une grave pollution, selon les écologistes.

Le pays a obtenu 7,7 milliards d’euros pour sa transition énergétique lors de la conférence sur le changement climatique COP26 à Glasgow l’année dernière.

rfi En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.