Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles

L’administration Biden s’oriente vers un allégement plus restreint des prêts étudiants ciblant des groupes d’emprunteurs


Le président Joe Biden parle de ses projets de réduction continue de la dette étudiante après une décision de la Cour suprême des États-Unis bloquant son projet d’annuler 430 milliards de dollars de dettes étudiantes, à la Maison Blanche à Washington, DC, le 30 juin 2023. Photo de Leah Millis/REUTERS

WASHINGTON (AP) – L’administration Biden s’oriente vers un plan d’allègement des prêts étudiants plus restreint qui ciblerait des groupes spécifiques d’emprunteurs – ceux dont les intérêts montent en flèche, par exemple – plutôt qu’un plan radical comme celui que la Cour suprême a rejeté en juin.

Le ministère de l’Éducation a publié lundi un projet de nouvelles règles fédérales ouvrant la voie à une deuxième tentative d’allègement des prêts étudiants. La proposition cible les groupes considérés comme particulièrement vulnérables, en se concentrant sur ceux qui doivent tellement ou gagnent si peu de revenus qu’ils ne pourraient autrement jamais rembourser leurs prêts.

Bien que tous les détails soient probablement attendus dans des mois, le ministère affirme vouloir annuler une partie ou la totalité de la dette étudiante pour : les emprunteurs dont le solde dépasse ce qu’ils devaient initialement ; ceux qui ont des prêts dont le remboursement est entré en remboursement il y a 25 ans ou plus ; ceux qui ont utilisé des prêts pour suivre des programmes de formation professionnelle qui ont conduit à un endettement « déraisonnable » ou à des revenus insuffisants ; ceux qui sont éligibles à d’autres programmes d’exonération de prêt mais qui n’en ont pas fait la demande.

Un cinquième groupe est également à l’étude : « ceux qui connaissent des difficultés financières auxquelles le système actuel de prêts étudiants ne répond pas de manière adéquate ».

MONTRE: Les collèges repensent les anciennes admissions à la suite d’une décision contre l’action positive

« Le président Biden et moi nous engageons à aider les emprunteurs qui ont échoué à cause du système de prêts étudiants brisé et inabordable de notre pays », a déclaré le secrétaire à l’Éducation, Miguel Cardona, dans un communiqué. « Nous luttons pour garantir que la dette étudiante ne fasse pas obstacle aux opportunités ni n’empêche les emprunteurs de tirer profit des avantages de leurs études supérieures. »

Le plan initial du président Joe Biden était plus large. Il aurait annulé jusqu’à 20 000 $ de prêts étudiants fédéraux pour ceux dont les revenus annuels étaient inférieurs à 125 000 $ ou les couples inférieurs à 250 000 $. Mais après que cette proposition ait été rejetée par la majorité conservatrice du tribunal, il a appelé le ministère de l’Éducation à réessayer en utilisant une base juridique différente.

La nouvelle proposition vise à s’attaquer à des problèmes considérés comme l’un des principaux responsables de la montée en flèche de la dette.

Cela aiderait à contrer les intérêts qui font boule de neige au-delà des soldes initiaux des emprunteurs. Cela offrirait un soulagement aux emprunteurs qui ont suivi des programmes universitaires à but lucratif avec de mauvais résultats. Cela aiderait également les emprunteurs plus âgés qui ont contracté des prêts il y a des décennies et qui ont du mal à effectuer leurs paiements.

Le ministère affirme qu’il continuera d’affiner la proposition au fur et à mesure qu’elle passera par un processus d’élaboration de règles fédérales. Le public pourra fournir des commentaires écrits l’année prochaine.

Le projet de proposition donnerait au ministère le pouvoir de supprimer entièrement les prêts étudiants fédéraux pour les emprunteurs de certaines catégories.

MONTRE: Une étude montre comment les pratiques d’admission à l’université profitent aux candidats les plus riches

Pour ceux qui ont commencé à rembourser leurs prêts il y a plus de 25 ans, la proposition stipule que « le secrétaire peut renoncer au solde impayé d’un prêt », ce qui équivaut à une annulation totale. Il en va de même pour les emprunteurs éligibles à d’autres programmes d’annulation mais qui n’en ont pas fait la demande.

Les prêts utilisés pour suivre des programmes universitaires de faible valeur seraient également effacés. Les emprunteurs entreraient dans cette catégorie s’ils suivaient un programme qui ne répond pas aux nouvelles normes décrites dans une règle fédérale distincte connue sous le nom d’emploi rémunérateur.

Pour ceux qui ont des intérêts boule de neige, la proposition ramènerait leurs prêts au solde initial, annulant ainsi les intérêts impayés.

Même un plan d’allégement plus limité suscitera certainement une opposition farouche de la part des Républicains, qui considèrent l’annulation comme un fardeau injuste pour les contribuables.

La dernière tentative s’appuie sur la loi sur l’enseignement supérieur de 1965, une loi de grande envergure qui donne au secrétaire à l’éducation le pouvoir de « compromettre, renoncer ou libérer » certaines dettes. Mais la loi ne précise pas clairement comment le secrétaire peut exercer cette autorité, créant une zone grise juridique qui a fait l’objet de débats depuis l’entrée en fonction de Biden.

La proposition vise à régler le différend en créant de nouvelles règles fédérales détaillant les cas méritant d’être annulés. Avant que les règles puissent être promulguées, elles doivent être examinées par un comité composé de personnes extérieures au gouvernement dans le cadre d’un processus connu sous le nom d’élaboration de règles négociées. Le nouveau projet sera examiné lors de la réunion du comité la semaine prochaine.

Le comité est composé de négociateurs qui représentent divers points de vue sur les prêts étudiants. Il comprend des étudiants et des responsables de divers collèges, ainsi que des gestionnaires de prêts, des représentants de l’État et des défenseurs, dont la NAACP.

Les réunions ont commencé plus tôt ce mois-ci et devraient se poursuivre jusqu’en décembre.

MONTRE: Pourquoi des millions d’élèves sont chroniquement absents des écoles aux États-Unis

À la fin du processus, les négociateurs voteront sur une proposition de règle. S’ils parviennent à un consensus, le ministère ira de l’avant. Dans le cas contraire, l’agence proposera son propre plan, qui pourra être finalisé après une période de commentaires publics.

Biden a appelé à un plan pour aider « autant d’emprunteurs que possible », mais son administration semble s’éloigner du type d’annulation massive qu’il avait promis en août 2022.

Ce plan était estimé à 400 milliards de dollars. On ne sait pas combien coûtera la deuxième proposition.

Dans une action distincte lundi, le ministère de l’Éducation a décidé de corriger les erreurs d’un gestionnaire de prêts étudiants qui n’avait pas envoyé les relevés de facturation à temps.

Le ministère retient 7,2 millions de dollars de paiement au gestionnaire de prêts MOHELA après avoir constaté que celui-ci n’avait pas récemment envoyé dans les délais les relevés de facturation à 2,5 millions d’emprunteurs. Dans certains cas, les emprunteurs recevaient leurs factures dans les sept jours suivant leur date d’échéance. En conséquence, a indiqué le ministère, 800 000 emprunteurs étaient en retard dans leurs paiements.

Le département a ordonné à MOHELA de mettre tous les emprunteurs concernés en abstention – un blocage temporaire des paiements – jusqu’à ce que le problème soit résolu.

Les remboursements des prêts étudiants fédéraux ont repris en octobre pour la première fois depuis le début de la pandémie. Certains acteurs du secteur ont mis en garde contre des problèmes potentiels, car les gestionnaires de prêts en sous-effectif ramènent simultanément des millions d’emprunteurs au remboursement.

Gn En head

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page