Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du Canada

Lac-Simon et Pikogan lancent la première école de conduite Anishnabe


L’école de conduite Otapan, qui signifie voiture en langue anishnabe, est un organisme à but non lucratif établi par les deux communautés et le Centre régional d’éducation des adultes Kitci Amik, qui dessert les deux localités. Cette école est née de la volonté d’offrir des services adaptés à la culture et aux besoins des membres.

Tout ce que nous pouvons faire pour nos membres et que nous offrons a toujours une valeur ajoutée, c’est adapté à notre culture. Et le fait de collaborer avec notre communauté sœur de Lac-Simon est important. Nous faisons beaucoup de projets ensemble, nous continuons à nous développer, à donner à nos membres la possibilité de chercher des emplois et des formations à l’extérieur des communautés.a déclaré Monik Kistabish, chef du Conseil de la Première Nation Abitibiwinni.

Monik Kistabish, chef du Conseil de la Première Nation Abitibiwinni de Pikogan.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Directement dans les collectivités

Les deux communautés éprouvent des difficultés à accéder aux cours de conduite au cours des dernières années, une situation exacerbée par la pénurie de main-d’œuvre qui touche directement les auto-écoles de la région. Ensuite, il y a la question de la distance. C’est pourquoi les cours seront offerts directement dans les communautés.

Il est important pour les collectivités de réduire les obstacles à l’emploi et à la formation. Il existe déjà des écoles de conduite à Val-d’Or. C’est à 35 kilomètres de chez nous. Parfois, les enfants font de l’auto-stop pour suivre des cours de conduite ou chercher les rides sur les réseaux sociaux. Cela rendra les choses beaucoup plus faciles d’offrir les cours dans la communautédit Pamela Papatie, vice-chef du Conseil de la Nation Anishnabe de Lac-Simon.

Pamela Papatie près d'une bannière au Centre régional d'éducation des adultes de Kitcisakik.

Pamela Papatie, vice-chef du Conseil de la Nation Anishnabe de Lac-Simon.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Accéder au marché du travail

En facilitant l’accès aux cours de conduite, les deux conseils espèrent que davantage de membres auront leur permis de conduire. Celle-ci est devenue essentielle pour accéder au marché du travail ou se former hors des communautés. Le tout dans le but d’améliorer la qualité de vie et de générer des retombées économiques dans les communautés.

 » Il est reconnu depuis longtemps qu’il s’agit d’un besoin. Dans les communautés comme Lac-Simon et Pikogan, où nous ne sommes pas en ville, le permis de conduire est devenu incontournable. Et il est reconnu que ne pas avoir de permis de conduire est un obstacle à l’emploi. »

Une citation de Martin Adam, directeur général du Kitci Amik Regional Centre for Adult Education
Martin Adam dans une salle de conférence.

Martin Adam, directeur général du CRÉA Kitci Amik.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Il faut vraiment un véhicule, confirme Pamela Papatie. J’ai moi-même travaillé en dehors de la communauté, et chaque jour c’est une lutte pour trouver les rides y aller et y revenir.

Trois employés

Les deux communes investissent donc dans le démarrage de l’association qui dispose d’une première voiture pour les cours pratiques. L’école de conduite compte deux employés à temps plein, un coordonnateur et un moniteur/instructeur, ainsi qu’un moniteur à temps partiel.

Les prix sont les mêmes que dans les autres écoles, car c’est la Société de l’assurance automobile du Québec qui fixe les tarifs. Mais nous sommes une organisation à but non lucratif. C’est un service que nous voulons rendre au public. Les bénéfices seront réinvestis dans des services, comme l’achat éventuel d’une deuxième voitureplaide Lise Kistabish, vice-présidente de l’école de conduite Otapan.

Gina Richmond parle au micro lors d'une conférence de presse.  Monik Kistabish, Martin Adam, Pamela Papatie et Lise Kistabish sont assis à la même table et l'écoutent attentivement.

Gina Richmond, coordonnatrice (à gauche), a présenté la nouvelle école de conduite Otapan en compagnie de représentants des partenaires.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Une première cohorte à Pikogan

L’auto-école a déjà du succès. Une première cohorte de 17 étudiants commence sa formation à Pikogan mercredi soir. Nous ne voulions pas dépasser les 15 inscriptions pour la première cohorte, mais malheureusement… ou heureusement (!), nous dépassons les 15 étudiants pour la première cohortese réjouit Martin Adam.

Une deuxième cohorte devrait débuter en février à Lac-Simon. Il devrait également montrer complet. Si l’école se concentre d’abord sur les deux communautés où elle est née, ses dirigeants n’écartent pas la possibilité d’offrir éventuellement ses services dans d’autres communautés.

Une auto-école de l'école de conduite Otapan.

La première voiture de l’auto-école d’Otapan.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page