Skip to content
L’absence d’Alphonso Davies pourrait être prolongée, selon un expert


La semaine dernière, Alphonso Davies a été testé positif au COVID-19. Il avait repris l’entraînement cette semaine, mais l’organisation du Bayern Munich a annoncé vendredi que des tests à son retour dans l’équipe avaient révélé une myocardite, c’est-à-dire une inflammation du muscle cardiaque. . Elle a indiqué que le joueur manquerait quelques semaines.

Bien qu’il ne connaisse pas précisément les spécificités de l’état de Davies, le Dr François Simard, qui est cardiologue du sport, soutient que la recommandation dans de telles circonstances est généralement un arrêt complet de l’effort physique pendant au moins trois mois.

S’il souffre de péricardite, qui est l’inflammation du contour du cœur, c’est au minimum quatre semaines. Mais quand vous utilisez le mot myocardite, c’est trois mois. C’est une des rares maladies en cardiologie où les gens sont vraiment mis au repos obligatoire., explique le Dr Simard.

Nous voudrons certainement nous assurer qu’aucune inflammation résiduelle n’est détectée avant de donner le feu vert au joueur. Et même une fois cette myocardite résolue, Alphonso Davies ne sera pas encore prêt à reprendre la compétition.

Le retour à l’entraînement et à la compétition, si l’on parle strictement à cause de la maladie, il doit se faire sur plusieurs jours, souligne le cardiologue. Il devra se faire selon au moins cinq étapes progressives. De plus, retrouver un niveau de performance aussi élevé qu’avant pourrait prendre plusieurs semaines.

Si la myocardite est une affection qu’il ne faut jamais prendre à la légère, elle est particulièrement préoccupante chez un sportif de haut niveau. Cette inflammation du muscle cardiaque, liée à un effort intense, peut avoir des conséquences graves. Cette combinaison peut même être mortelle.

Ce qui nous inquiète, c’est que la myocardite est une cause fréquente, parfois jusqu’à 10 %, des cas de mort subite chez les sportifs. Ce sont des sportifs qui n’ont pas de problème et d’un coup ils meurent sur le terrain de jeu ou peu de temps après avoir fait leur sport, indiquait le Dr François Simard, en entrevue sur le sujet au printemps dernier.

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, plusieurs études ont été produites sur le risque de myocardite chez les sportifs ayant souffert du virus. Si les premières données étaient alarmantes, on s’aperçoit aujourd’hui que cette combinaison, bien que réelle et très grave, reste plutôt rare.

Lors des premières vagues de COVID-19, les crises étaient plus sévères et les crises cardiaques plus fréquentes. Au départ, on parlait d’environ 15% des sportifs qui avaient le coronavirus qui souffraient de myocardite. Nous étions très inquiets dans la communauté, reconnaît le Dr François Simard, cardiologue à l’Institut de Cardiologie de Montréal.

Ensuite, il y a des études qui ont été publiées, principalement par les Américains, et les chiffres ont été revus à la baisse. On parle d’environ 1 % des athlètes qui se retrouvent avec une myocardite.

Peu importe la durée de l’absence d’Alphonso Davies, Canada Soccer a déjà confirmé qu’il manquera les trois prochains éliminatoires de la Coupe du monde à la fin janvier et au début février, y compris un match contre les États-Unis. United prévu pour le 30 janvier.

Une lourde défaite pour l’équipe canadienne qui tente de se qualifier pour la Coupe du monde pour la première fois depuis 1986.

Selon les informations recueillies par Olivier Paradis-Lemieux

canada

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.