Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles

La trêve entre Israël et le Hamas approche de sa date limite, Blinken demande une prolongation


  • DERNIERS DÉVELOPPEMENTS:
  • Le Hamas dit à ses combattants d’être prêts à reprendre les combats si la trêve n’est pas prolongée

GAZA/JÉRUSALEM, 30 novembre (Reuters) – La trêve entre Israël et le Hamas devrait expirer jeudi matin alors que le temps presse pour les efforts internationaux visant à prolonger une pause de six jours dans les combats et à échanger des otages détenus à Gaza contre des prisonniers palestiniens. .

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken est arrivé à Tel Aviv tôt jeudi, son troisième voyage dans la région depuis l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, et devait rencontrer les dirigeants israéliens pour discuter de la prolongation de la trêve temporaire et du renforcement de l’aide humanitaire à Gaza. .

« Au cours des prochains jours, nous nous concentrerons sur (…) faire ce que nous pouvons pour prolonger la pause afin de continuer à évacuer davantage d’otages et à apporter davantage d’aide humanitaire », a déclaré Blinken lors d’un arrêt à Bruxelles.

Citant des responsables israéliens, les médias israéliens ont rapporté que l’armée reprendrait ses attaques sur Gaza à 7 heures du matin (05h00 GMT) si le gouvernement ne recevait pas à ce moment-là une liste d’otages à libérer répondant à ses critères.

Israël, selon les rapports, exige qu’au moins 10 otages soient libérés jeudi, la priorité étant donnée aux femmes et aux enfants.

La branche armée du Hamas a dit à ses combattants dans la bande de Gaza d’être prêts à reprendre les combats avec Israël si la trêve temporaire n’est pas renouvelée.

« Les Brigades Al-Qassam demandent à leurs forces actives de maintenir un niveau élevé de préparation au combat pendant les dernières heures de la trêve », a indiqué le groupe militant dans un communiqué.

Les combattants devraient « rester sur cette base à moins qu’un communiqué officiel ne soit publié confirmant la prolongation de la trêve », ajoute le communiqué.

Deux responsables palestiniens ont déclaré plus tôt à Reuters que les discussions se poursuivaient sur une éventuelle prolongation de la trêve, mais qu’aucun accord n’avait encore été trouvé.

Un responsable palestinien a déclaré que les négociateurs se demandaient si les hommes israéliens seraient libérés à des conditions différentes de celles de l’échange de trois détenus palestiniens pour chaque otage israélien qui s’applique aux femmes et aux enfants.

Le Hamas a libéré 16 otages supplémentaires mercredi, dernier jour d’une prolongation de deux jours de la trêve. Le service pénitentiaire israélien a déclaré avoir libéré 30 Palestiniens supplémentaires de ses prisons lors d’une sixième série d’échanges. Les échanges constituent un élément essentiel de l’accord, initialement fixé à quatre jours.

La trêve de six jours a apporté le premier répit à Gaza depuis sept semaines. Pendant ce temps, Israël a bombardé le territoire en réponse au déchaînement des hommes armés du Hamas le 7 octobre, lorsqu’Israël a déclaré que les hommes armés avaient tué 1 200 personnes et pris 240 otages.

Israël a juré d’anéantir le Hamas, qui dirige Gaza. Les autorités sanitaires de Gaza affirment que les bombardements israéliens ont jusqu’à présent tué plus de 15 000 Palestiniens.

LIBÉRATION DE TOUS LES OTAGES

Le président américain Joe Biden était déterminé à obtenir la libération de tous les otages détenus par le Hamas après la libération de l’Américaine Liat Beinin mercredi, a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué.

Les États-Unis exhortent Israël à réduire la zone de combat et à clarifier les endroits où les civils palestiniens peuvent chercher refuge lors de toute opération israélienne dans le sud de Gaza, ont déclaré mercredi des responsables américains, afin d’éviter une répétition du bilan massif des victimes des attaques israéliennes dans le nord de Gaza.

Quatre-vingt-dix-sept otages ont été libérés depuis le début de la trêve, selon un décompte de Reuters. L’armée israélienne affirme qu’il reste 145 otages à Gaza.

Mercredi soir, deux citoyens russes et quatre citoyens thaïlandais ont été libérés en dehors du cadre de l’accord, tandis que parmi les dix citoyens israéliens libérés figuraient cinq binationaux, ont indiqué des responsables. Il s’agissait d’un double citoyen néerlandais, qui est également mineur, de trois doubles citoyens allemands et d’un double citoyen américain.

Cette remise a été éclipsée par une affirmation non confirmée du Hamas selon laquelle une famille d’otages israéliens, dont le plus jeune, Kfir Bibas, 10 mois, avait été tuée lors d’un précédent bombardement israélien.

Le cessez-le-feu et la libération des otages et des prisonniers ont été négociés par le Qatar, un autre pays faisant pression pour une trêve prolongée.

« Le Qatar garde espoir que les progrès réalisés ces derniers jours pourront être maintenus et qu’une nouvelle prolongation de l’accord de pause humanitaire pourra être conclue », a déclaré Majed Al-Ansari, porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Qatar, dans un communiqué.

La Jordanie accueillera jeudi une conférence à laquelle participeront les principales agences humanitaires de l’ONU, régionales et internationales pour coordonner l’aide à Gaza, ont indiqué les médias officiels.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a averti mercredi que la bande de Gaza était au milieu d’une « catastrophe humanitaire épique », et lui et d’autres ont appelé à un cessez-le-feu pour remplacer la trêve temporaire.

« Des négociations intenses ont lieu pour prolonger la trêve – ce que nous saluons vivement – mais nous pensons que nous avons besoin d’un véritable cessez-le-feu humanitaire », a-t-il déclaré lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU.

La Chine a appelé jeudi le Conseil de sécurité à formuler un calendrier et une feuille de route « concrets » pour une solution à deux États afin de parvenir à un règlement « global, juste et durable » de la question palestinienne.

Reportage de Nidal al-Mughrabi au Caire ; Mohammed Salem et Roleen Tafakji à Gaza et Emily Rose à Jérusalem ; Écrit par Grant McCool et Lincoln Feast ; Montage par Cynthia Osterman et Raju Gopalakrishnan

Nos normes : les principes de confiance de Thomson Reuters.

Acquérir des droits de licenceouvre un nouvel onglet

Correspondant principal avec près de 25 ans d’expérience dans la couverture du conflit palestino-israélien, dont plusieurs guerres et la signature du premier accord de paix historique entre les deux parties.

Gn En head

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page