Skip to content
La situation dans la centrale nucléaire ukrainienne est « de plus en plus précaire » selon l’ONU — RT Russie et ex-Union soviétique


La cessation des hostilités est le seul moyen d’éviter un accident, prévient le chef de l’AIEA

Les attaques contre la centrale nucléaire de Zaporozhye contrôlée par la Russie doivent cesser, a déclaré Rafael Grossi, directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), mettant en garde contre une menace imminente. « accident nucléaire » sur le site.

Dans un communiqué vendredi, Grossi a déclaré qu’un « situation grave » s’était développée à l’usine, située dans le sud de l’Ukraine, du jour au lendemain lorsque l’électricité de la ville où elle se trouve a été coupée par des bombardements.

« L’infrastructure électrique alimentant la ville d’Energodar, qui abrite les opérateurs de la centrale nucléaire et leurs familles, a été détruite par le bombardement du poste de départ de la centrale thermique de la ville », a-t-il ajouté. Grossi a déclaré, ajoutant que la ville s’était finalement retrouvée avec « pas d’eau courante, pas d’électricité, pas d’égouts. »

Compte tenu du « bombardements accrus et continus » de l’installation nucléaire, « il y a peu de chances de rétablir une alimentation hors site fiable », avertit le fonctionnaire. « La centrale électrique n’a pas d’alimentation hors site. Et nous avons vu qu’une fois l’infrastructure réparée, elle est à nouveau endommagée », Grossi a ajouté, sans attribuer la responsabilité des attaques à la Russie ou à l’Ukraine.

« C’est totalement inacceptable. Cela ne peut pas tenir. J’appelle donc de toute urgence à l’arrêt immédiat de tous les bombardements dans toute la zone », dit-il, réitérant son appel à la création d’un « Zone de sécurité » autour de la plante.

Cette évolution spectaculaire démontre l’impératif absolu d’établir dès maintenant une zone de sûreté et de protection de la sécurité nucléaire. C’est la seule façon de s’assurer que nous ne serons pas confrontés à un accident nucléaire.


Saisie par les forces russes au début du conflit, la centrale nucléaire et ses environs ont été bombardés à plusieurs reprises de missiles et d’artillerie ces dernières semaines. Alors que la Russie a carrément rejeté la responsabilité des attaques sur Kiev, l’Ukraine et certains responsables occidentaux continuent d’accuser Moscou d’avoir bombardé l’installation contrôlée par ses propres troupes.

La Russie avait précédemment rejeté une proposition de Kiev et de ses alliés occidentaux de retirer les troupes assurant la sécurité autour de l’installation de Zaporozhye, insistant sur le fait que l’Ukraine n’utiliserait cela que comme une opportunité pour s’emparer de l’usine, plutôt que d’assurer sa sécurité réelle. Le ministère russe de la Défense a affirmé que Kiev avait envoyé à plusieurs reprises des équipes de saboteurs pour capturer l’installation lors de la récente visite de l’AIEA sur le site.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RTEn

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.