Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

La sécurité de l’Europe est en jeu en Moldavie – POLITICO


Maia Sandu est la présidente de la République de Moldavie.

Il y a trois décennies, les Moldaves ont choisi la liberté et la démocratie plutôt que l’autoritarisme. Et aujourd’hui, nous nous dirigeons résolument vers l’Union européenne.

Mais avec l’agression brutale de la Russie contre notre voisin l’Ukraine, notre pays est désormais confronté à des coûts dramatiques et à des risques accrus menaçant de faire dérailler la voie que nous avons choisie, affaiblissant la sécurité de l’Europe.

La Moldavie est une démocratie dynamique dans ce qui est devenu un quartier dangereux.

Au cours de l’année écoulée, nous avons bâti des institutions plus solides, lutté contre la corruption et soutenu la reprise post-pandémique. En conséquence, notre économie a augmenté de 14 % en 2021 ; nous avons bondi de 49 au classement de l’indice de la liberté de la presse de Reporters sans frontières ; et notre notation anti-blanchiment a été relevée par le Conseil de l’Europe.

En reconnaissance de notre mise en œuvre de réformes difficiles dans un contexte géopolitique difficile, l’UE a accordé à la Moldavie le statut de candidat à l’adhésion en juin dernier. Mais au lieu de profiter des avantages d’une intégration européenne plus approfondie, les Moldaves luttent désormais pour faire face à une crise énergétique aiguë, à un grave ralentissement économique et à des menaces massives pour la sécurité.

De nombreux pays européens, sinon tous, sont actuellement confrontés à de graves pressions énergétiques, bien sûr – mais les nôtres sont existentielles. L’héritage d’une dépendance presque totale vis-à-vis de la Russie pour le gaz et l’électricité, et l’échec des gouvernements successifs à diversifier les approvisionnements, menacent désormais notre survie économique.

En novembre, le bombardement par la Russie de l’infrastructure énergétique de l’Ukraine, parallèlement à la réduction de moitié par Gazprom des exportations de gaz naturel, a éliminé l’électricité de nos anciennes sources d’électricité importée.

En réponse, le gouvernement a adopté des mesures d’austérité énergétique et fait passer certaines industries aux carburants alternatifs. Des mesures de sécurité énergétique à plus long terme, y compris une interconnexion électrique avec la Roumanie, donneront des résultats, mais seulement dans quelques années.

Les amis et les partenaires apportent également leur soutien au mieux de leurs capacités.

La Roumanie, notre bon voisin et fervent partisan, est intervenue, les exportations d’électricité représentant désormais environ 80 % de la consommation actuelle de la Moldavie. Pendant ce temps, lors d’une récente visite à Chișinău, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé une nouvelle aide pour aider à atténuer la crise de la Moldavie, et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement a jeté une bouée de sauvetage pour financer l’approvisionnement en gaz d’urgence.

Aujourd’hui, le président français Emmanuel Macron organise une réunion de la plate-forme de soutien à la Moldavie, une initiative menée par la France, l’Allemagne et la Roumanie.

Le forum vise à mobiliser un soutien indispensable avant ce qui risque d’être un hiver précaire. La Moldavie cherche à financer ses achats de gaz et d’électricité auprès de nouvelles sources et à soutenir les régimes sociaux des plus vulnérables, ce qui contribuera à amortir les hausses de prix. Au cours des 12 derniers mois, le prix du gaz dans notre pays a été multiplié par sept, tandis que le prix de l’électricité a quadruplé. Cet hiver, les Moldaves dépenseront probablement jusqu’à 65 % de leurs revenus en factures d’énergie.

Si nous pouvons éclairer et chauffer les maisons de notre pays et nous assurer que les écoles et les hôpitaux peuvent continuer à fonctionner et que les roues de l’économie continuent de tourner, cela signifierait que les Moldaves – aux côtés des Ukrainiens – n’ont pas besoin de chercher refuge ailleurs en Europe pendant cette saison froide à venir.

Avant même que l’hiver ne s’installe complètement, la crise énergétique et les retombées économiques de la guerre d’à côté ont déjà un impact significatif sur la vie des gens, l’économie du pays et notre croissance future. L’inflation approche les 35 % ; les prix ont grimpé en flèche; les routes commerciales sont perturbées ; et le sentiment des investisseurs s’est affaibli. En conséquence, l’économie devrait se contracter.

Pendant ce temps, les mandataires et les groupes criminels de la Russie ont uni leurs forces pour exploiter la crise énergétique et alimenter le mécontentement. Ils espèrent fomenter des troubles politiques. Utilisant tout le spectre des menaces hybrides – y compris les fausses alertes à la bombe, les cyberattaques, la désinformation, les appels à l’agitation sociale et la corruption non dissimulée – ils s’efforcent de déstabiliser le gouvernement, d’éroder notre démocratie et de mettre en péril la contribution de la Moldavie à la sécurité élargie de l’Europe.

Nos vulnérabilités pourraient affaiblir la résilience de l’Ukraine, ainsi que la stabilité du reste du continent.

Bien que nous soyons le voisin le plus vulnérable de l’Ukraine, nous sécurisons également sa deuxième frontière la plus longue, après celle qu’elle a avec la Russie. Sur ces 1 222 kilomètres, la Moldavie est un État de première ligne dans la lutte contre les armes, la drogue et le trafic d’êtres humains.

Depuis le début de la guerre, nous avons travaillé dur pour maintenir la stabilité dans la région séparatiste transnistrienne, qui partage une frontière de plus de 450 kilomètres avec l’Ukraine et où 1 600 soldats russes sont stationnés illégalement. Nous avons réussi à calmer la situation.

Nous fournissons également des routes d’approvisionnement essentielles vers et depuis l’Ukraine — une partie importante du commerce ukrainien, y compris les céréales, passe par la Moldavie.

De plus, notre pays a abrité plus de 650 000 réfugiés depuis les premiers jours de l’invasion russe. Jusqu’à présent, plus de 80 000 d’entre eux ont choisi de rester, et nous nous préparons à en accueillir davantage en hiver, s’ils doivent fuir une escalade militaire ou un manque de chauffage, d’électricité et d’eau.

L’Europe et l’Ukraine ont besoin d’une Moldavie forte. Assez fort pour soutenir l’Ukraine pendant la guerre. Assez fort pour maintenir la paix et la stabilité dans notre région. Assez solide pour abriter des réfugiés. Et assez fort pour devenir une plaque tournante naturelle pour la reconstruction du sud de l’Ukraine après la guerre.

Tout comme la Russie ne doit pas être autorisée à gagner en Ukraine, ses techniques hybrides ne doivent pas être autorisées à réussir en Moldavie. Nous ferons notre part pour défendre les valeurs européennes malgré les privations qui nous sont imposées. Le prix est lourd et nous sommes prêts à porter le fardeau.

Mais nous ne pouvons pas le faire seuls.




Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page