Skip to content
La santé financière au cœur de la démarche de certains médecins albertains

Au lieu de donner de nouvelles ordonnances à un patient qui vit une fin de mois difficile ou de lui recommander un nouveau mode de vie, un médecin pourrait le diriger vers des ressources communautaires.

Si vous ne pouvez mettre de la nourriture sur la table qu’une fois par jour, cela peut vraiment avoir un impact sur votre diabèteprend comme exemple Brian Match, le directeur général de Réseau de soins primaires du pays de Kalynabasé à l’est d’Edmonton.

Depuis 2019, son réseau de 27 médecins a pris l’habitude d’interroger ses patients sur leurs difficultés à finir le mois.

Grâce à ces informations financières, ils seront plus enclins à leur prescrire des médicaments moins chers, explique Brian Match. Ils pourraient également être plus compréhensifs lorsque leurs patients manquent des rendez-vous parce qu’ils doivent se rendre au travail, dit-il.

Vous ne comprenez pas vraiment ce qui se passe si vous ne leur posez pas cette question ajoute Brian Match.

Deux autres réseaux de santé de l’Alberta ont emboîté le pas. Réseau de soins primaires du pays de Kalyna, en 2019, dans le cadre d’un projet pilote national. la Réseau de soins primaires du pays de Kalyna a définitivement intégré cette pratique, selon Brian Match. C’est [maintenant] la façon dont nous faisons les chosesil dit.

je suis si reconnaissant

Avoir un médecin de famille qui comprend sa situation financière a fait toute la différence pour Sandra Campbell, une résidente de Lethbridge. Elle a participé au projet pilote Alberta Health Services (AHS) en tant que conseillère auprès des Alberta Health Services.

Cette femme a dû quitter son emploi dans les ressources humaines en raison d’une blessure à la colonne vertébrale en 2010 et n’a pas travaillé depuis. Sandra Campbell rend souvent visite à son médecin pour remplir les documents d’assurance. Cette visite a un prix forfaitaire, que son médecin réévalue au vu de sa situation, selon elle.

Je suis tellement reconnaissante d’avoir ce genre de soutien de sa partaffirme Sandra Campbell.

Sandra Campbell encourage également davantage de fournisseurs de services de santé à tenir compte de tous les facteurs qui peuvent influencer l’état de santé de leurs patients.

C’est ce que leAHS veut mettre en œuvre, selon Karla Gustafson, médecin-chef des services de santé de l’Alberta qui a travaillé sur le projet pilote avec l’aide de l’Alberta Medical Association. L’AHS travaille actuellement à intégrer les leçons tirées de cette initiative dans son système, a-t-elle déclaré.

Avec les informations de Paula Duhatschek

canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.