Skip to content
La pénurie de personnel menace les soins, selon les employés des hôpitaux de l’Alberta

Le système de santé est très vulnérable en ce moment dit le Dr Mike Weldon, médecin urgentiste à l’hôpital régional de Red Deer. Chaque autre quart de travail, dit-il, les lits sont fermés dans notre département.

Selon les dernières statistiques, 5 589 travailleurs de la santé de la province ont une infection active au SRAS-CoV-2. Les zones les plus touchées sont la région de Calgary (2 919 cas) et d’Edmonton (1 852 cas).

Alberta Health Services (AHS) ne déclare pas combien de ces personnes travaillent dans les hôpitaux ou combien sont en isolement.

De plus, de nombreux employés sont épuisés après avoir travaillé pendant les quatre premières vagues de la pandémie. Certains ont quitté la province. Périodiquement, les hôpitaux ruraux ferment temporairement leurs salles d’urgence en raison d’un manque de personnel.

Nous sommes en surcapacité, en sous-effectif et tout le monde est très fatigué et le moral est très basdéclare le Dr Paul Park, président du secteur des soins d’urgence de l’Alberta Medical Association.

 » Nous sommes étirés à la limite, nous n’avons donc pas de réelle élasticité pour absorber une autre vague. « 

Une citation de Dr Paul Park, président du secteur des soins d’urgence de l’Alberta Medical Association

Le Dr Charles Wong, directeur médical des centres de soins d’urgence de la zone de Calgary, affirme que les travailleurs de la santé se donnent beaucoup de mal et font beaucoup de sacrifices pour assurer le fonctionnement du système.

Il explique que beaucoup de pression s’exerce surtout sur les services de première ligne.

Heather Smith, présidente du Syndicat des infirmières Infirmières unies de l’Alberta, inquiet de ce qui va arriver. Les infirmières sont désemparées, dit-elle.

Tout ce que nous pouvons faire, c’est espérer et prier pour que nous ne devenions pas Ontario ou Québecdit-elle, notant que tout indique que l’Alberta se dirige vers cette situation.

Heather Smith dit avoir appris que certains travailleurs d’un hôpital du nord de l’Alberta, qu’elle ne voulait pas identifier, devaient travailler des quarts de travail allant jusqu’à 20 ou 24 heures, ce qui est beaucoup plus long que cela. que leur contrat permet.

Une situation nécessaire, même si incertain et pas idéal, d’après elle.

Report des interventions chirurgicales et délestage

Dans un communiqué, Kerry Williamson, porte-parole deServices de santé de l’Alberta, indique que des plans de redéploiement du personnel sont en place.

Ces plans comprennent le déplacement du personnel vers les zones les plus prioritaires, l’utilisation de modèles de soins alternatifs et la priorisation des soins. [travailleurs de la santé] pour les tests afin de maximiser la main-d’œuvre disponible.

Kerry Williamson ajoute que les chirurgies, qui ne sont toujours pas revenues à la normale après la quatrième vague, pourraient être à nouveau annulées.

Nous faisons de notre mieux pour revenir à un volume chirurgical normal. Cependant, ce plan pourrait être modifié si Omicron nous oblige à augmenter la capacité de la [unités de soins intensifs].

Avec des informations de Jennifer Lee

canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.