Skip to content
la Haute Autorité de santé recommande une troisième dose de vaccin à partir de 18 ans

A quelques heures des annonces du ministre de la Santé, Olivier Véran, un avis, rendu jeudi matin, de la Haute Autorité de santé recommande une troisième dose de vaccin anti-Covid dès l’âge de 18 ans.

La Haute Autorité de Santé (HAS) a recommandé, jeudi 25 novembre, que le rappel du vaccin contre le Covid-19 soit effectué dès l’âge de 18 ans, cinq mois après la vaccination complète, dans un avis rendu juste avant l’actualité des annonces gouvernementales. .

Cette recommandation préfigure probablement ce qui sera annoncé par le ministre de la Santé, Olivier Véran, à 12h30, alors que la France est touchée par une cinquième vague de l’épidémie qualifiée d' »éblouissante » par le gouvernement.

Dans un avis rendu seulement six jours plus tôt, vendredi, la HAS a recommandé que la dose de rappel soit faite dès l’âge de 40 ans, six mois après la dernière injection. Mais elle a décidé d’abaisser ces délais car la « reprise de l’épidémie » est « encore plus forte que prévu », explique-t-elle dans son nouvel avis.

>> A voir : Antilles : la Martinique et la Guadeloupe s’enfoncent dans la crise

Elle « considère que le contexte épidémique préoccupant justifie une accélération de la campagne de vaccination en raccourcissant le délai entre la primovaccination et la dose de rappel », justifie la HAS, dont le rôle est d’inspirer la politique gouvernementale sur ces questions.

Elle « recommande donc que l’administration d’une dose de rappel puisse désormais être réalisée dès cinq mois après la primovaccination et que la campagne de rappel puisse être étendue désormais aux personnes âgées de 18 ans et plus ».

Réduction des pics d’hospitalisation

La HAS s’appuie notamment sur les projections de l’Institut Pasteur, qui évaluent la diminution du pic d’hospitalisations si la dose de rappel est administrée à partir de 18 ans.

Selon la HAS, cette diminution est de 39 % si le rappel est fait six mois après la dernière injection et passe à 50 % si le rappel est fait à cinq mois.

La HAS assure que le bien-fondé de cette stratégie est également illustré par « les données issues d’études en vie réelle menées en Israël ».

Au-delà du rappel, « il est essentiel de poursuivre les efforts pour vacciner les personnes non encore vaccinées », souligne la HAS. Enfin, elle insiste sur « le renforcement du respect des gestes barrières à un niveau élevé », afin de « préserver le système de santé et d’éviter les mesures restrictives ».

>> À voir : Covid-19 en France : les urgences en première ligne

Le ministre de la Santé interviendra à la mi-journée pour présenter de nouvelles mesures destinées à faire face à la crise sanitaire, alors que le nombre de cas augmente très rapidement en France depuis plusieurs jours, atteignant 32 591 nouvelles contaminations mercredi selon Santé publique en France, à son le plus élevé depuis le 24 avril.

De source gouvernementale, l’exécutif a décidé de suivre les recommandations de la HAS, mais aussi celles émises ces derniers jours par le Conseil scientifique et le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, deux instances consultatives.

De nouvelles mesures anti-Covid

Selon deux sources parlementaires, l’écart entre le dernier vaccin et la dose de rappel serait réduit de six à cinq mois.

La validité du test anti-Covid pour les personnes non vaccinées souhaitant bénéficier du pass sanitaire devrait être réduite de 72 heures à 24 heures.

« Des vaccins pour les enfants de 5 à 11 ans ont été évoqués, mais on nous a dit que ce ne serait pas avant 2022 et soumis à l’avis de l’Agence européenne du médicament », a indiqué à l’AFP le député Bertrand Pancher (libertés et territoires).

Quant au port du masque, il pourrait être rendu obligatoire dans tous les lieux intérieurs où le pass sanitaire est demandé (restaurants, centres commerciaux, salles de spectacles, musées, etc.). Même dans quelques lieux extérieurs à forte concentration de personnes comme les marchés de Noël, à la discrétion des préfets.

Un renforcement du contrôle des cartes de santé dans les restaurants, les cinémas et les transports en commun ainsi qu’un renforcement des campagnes de dépistage dans les écoles sont également prévus.

Avec l’AFP

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.