Nouvelles locales

La France utilise peu la climatisation et souhaite que cela continue

La France utilise plus de climatisation que vous ne le pensez, avec un quart des ménages utilisant un type d’appareil. Ce nombre est en augmentation, mais face aux effets du réchauffement climatique et des pénuries d’énergie imminentes, les autorités françaises et européennes espèrent encourager d’autres modes de refroidissement en cas de chaleur extrême.

Les jours de chaleur étouffante, comme la plupart de la France l’a récemment connu, vous pourriez trouver des gens qui se réfugient dans des épiceries ou des cinémas – des endroits qui sont plus susceptibles d’avoir la climatisation que les maisons ou même les bureaux.

Si la climatisation se développe en France, elle reste moins utilisée qu’ailleurs, car jusqu’à récemment, les fortes chaleurs étaient rares, et concentrées dans les régions du sud du pays.

Selon l’Ademe, l’agence française pour la transition écologique, quelque 55% des magasins français et 64% des bureaux étaient climatisés en 2020.

Ce sont des chiffres plus élevés que dans les maisons des gens, où seulement 25% avaient une sorte de système ou d’appareil en 2020, bien que le nombre soit en augmentation, car la France voit des températures estivales augmenter et des vagues de chaleur plus régulières à l’échelle nationale.

Plus de climatisation, plus d’émissions

Jusqu’à récemment, les épisodes de chaleur accablante en France étaient rares, mais depuis la canicule de 2003, lorsque des dizaines de milliers de personnes sont mortes, les gens sont de plus en plus conscients de leurs impacts et du fait qu’ils deviennent de plus en plus fréquents et intenses.

Les gens se précipitent pour acheter des climatiseurs pendant les vagues de chaleur et la demande augmente. En 2020, quelque 800 000 unités ont été vendues, contre 350 000 par an jusqu’en 2014-2015.

L’augmentation de la climatisation s’accompagne d’une augmentation des émissions de gaz à effet de serre.

En 2020, la climatisation représentait 5% des émissions produites par le logement, le secteur le plus consommateur d’énergie en France – 44% de la consommation nationale d’énergie, devant les transports (31%).

Les climatiseurs produisent des émissions par leur consommation d’électricité, avec des unités intégrées plus efficaces que la plupart des unités portables utilisées dans les appartements urbains.

Les hydrofluorocarbures utilisés dans leurs systèmes de refroidissement produisent également des émissions, qui ont encore plus d’impact que le CO2 lorsqu’elles sont rejetées dans l’atmosphère.

Les systèmes de climatisation français ont rejeté en 2020 l’équivalent de 4,6 millions de tonnes de CO2, selon l’Ademe.

Limiter le refroidissement

Bien que l’agence reconnaisse qu’il est peu probable que les ménages réduisent leur utilisation de la climatisation, alors que les températures continuent de monter en flèche, elle encourage les gens à acheter des machines plus efficaces et à les utiliser moins.

Limiter le refroidissement à 27 degrés Celsius, contre 22 degrés, réduirait de moitié la consommation d’énergie d’un appareil, et n’allumer la climatisation que lorsque la température extérieure atteint 30 degrés au lieu de 27 degrés, réduirait la consommation d’énergie des deux tiers.

Le code de l’énergie actuel en France, introduit en 2007, recommande de ne pas refroidir en dessous de 26 degrés pour économiser de l’énergie, mais il n’y a aucune exigence et les ménages baissent régulièrement le thermostat à 22.

La Commission européenne souhaite que ce soit un règlement. Dans le cadre d’une proposition visant à réduire la demande des États membres en gaz russe, la Commission devrait proposer de limiter le refroidissement des bâtiments publics à 25 degrés et le chauffage à 19 degrés.

Adapter l’environnement

La meilleure façon de rester au frais est d’isoler les bâtiments. Les normes de construction entrées en vigueur en France en janvier exigent que les nouvelles maisons soient construites afin que les températures intérieures ne dépassent pas 28 degrés pendant la journée sans l’utilisation de la climatisation.

Les réglementations exigent également que les bâtiments plus anciens soient rénovés au cours de la prochaine décennie, afin d’éliminer ce que l’on appelle les «passoires thermiques», dont il existe environ cinq millions dans le pays.

Cependant, la France accuse un retard, tant dans la construction neuve « énergétiquement passive », que dans la rénovation.

Pour répondre aux besoins, la France devrait rénover quelque 700 000 bâtiments par an, soit dix fois ce qui se fait actuellement.

La végétation sert également à réduire les températures. La France a lancé un programme de repeuplement des forêts, et les villes ont mis en place plus de verdure pour contrer l’asphalte absorbant la chaleur et les bâtiments en pierre.

Certaines villes ont commencé à mettre en place des plans d’« atténuation » pour faire face à la hausse des températures, notamment en mettant plus de plantes sur les bâtiments et en plantant plus d’arbres.

La ville de Paris a récemment dû revenir sur ses projets d’arrachage d’arbres en raison des protestations des écologistes qui ont affirmé qu’ils jouaient un rôle crucial dans le maintien de la fraîcheur de la ville.

Le système de « rafraîchissement urbain » de Paris

Paris a un système relativement inconnu pour refroidir des espaces comme le musée du Louvre ou l’Assemblée nationale, qui fait circuler l’eau de la Seine à 4 degrés sous terre.

Le système de « refroidissement urbain » abaisse les températures intérieures de 5 à 8 degrés par rapport à l’extérieur.

La ville s’est engagée à étendre le système au cours des 20 prochaines années afin de réduire l’utilisation de la climatisation.

A l’avenir, ce système circulera dans tous les hôpitaux parisiens, certaines écoles et même certaines stations de métro.

« Tous les arrondissements seront desservis en 2042 », précise Dan Lert, adjoint au maire chargé de l’eau.

Paris dispose d’un système de « chauffage urbain » qui utilise la géothermie souterraine, mais c’est surtout pour les bâtiments résidentiels, alors que le système de refroidissement est destiné aux bâtiments publics et aux entreprises.

rfi En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page