Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles

La France émet un mandat d’arrêt contre le président syrien Assad


Louaï Beshara/AFP/Getty Images

Le président syrien Bachar al-Assad s’exprime lors d’une conférence de presse avec le Premier ministre irakien à Damas, le 16 juillet 2023 (Photo de LOUAI BESHARA / AFP)


Paris
CNN

La France a émis un mandat d’arrêt contre le président syrien Bachar al-Assad pour utilisation présumée d’armes chimiques interdites contre des civils en Syrie, a déclaré mercredi une source judiciaire à CNN.

Selon la source, deux juges d’instruction ont émis mardi quatre mandats d’arrêt contre Assad, son frère Maher al-Assad et deux autres hauts responsables, pour complicité de crimes contre l’humanité et complicité de crimes de guerre.

Il s’agit du premier mandat d’arrêt international contre Assad. Une « notice rouge » d’Interpol devrait suivre, selon Michael Chammas, l’un des avocats des plaignants, qui s’est entretenu avec CNN depuis l’Allemagne.

Une notice rouge est une demande adressée aux forces de l’ordre du monde entier pour localiser et arrêter provisoirement une personne en attendant son extradition, sa remise ou une action en justice similaire, selon Interpol.

« Tous les États membres d’Interpol devraient alors se conformer au mandat d’arrêt », a déclaré Chammas à CNN.

L’affaire judiciaire a été portée par le Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression (SCM), l’Open Society Justice Initiative (OSJI) et les Archives syriennes en mars 2021 « concernant l’utilisation d’armes chimiques interdites contre des civils dans la ville de Douma. et le district de la Ghouta orientale en août 2013, lors d’attaques qui ont tué plus de 1 000 personnes », ont déclaré mercredi les plaignants dans un communiqué.

Le gouvernement syrien a été accusé d’avoir utilisé des gaz toxiques dans la Ghouta, une banlieue de Damas, alors bastion rebelle que le régime tentait désespérément de reprendre depuis plus d’un an. Il a à son tour accusé les forces de l’opposition d’avoir mené elles-mêmes les attaques.

Une enquête a été ouverte « en réponse à une plainte pénale fondée sur les témoignages de survivants des attentats d’août 2013 », indique le communiqué des plaignants.

L’avocat Mazen Darwish, fondateur et directeur général du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression (SCM), a déclaré mercredi dans un communiqué que la décision « constitue un précédent judiciaire historique ».

« C’est une nouvelle victoire pour les victimes, leurs familles et les survivants et une étape sur la voie de la justice et d’une paix durable en Syrie », a déclaré Darwish.

Hadi al Khatib, fondateur des Archives syriennes, a déclaré : « Avec ces mandats d’arrêt, la France prend fermement position sur le fait que les crimes horribles commis il y a dix ans ne peuvent et ne resteront pas inaperçus. Nous voyons la France, et nous l’espérons bientôt, d’autres pays, s’appuyer sur les preuves solides que nous avons rassemblées au fil des années et exiger enfin la responsabilité pénale des plus hauts responsables. »

CNN tente de joindre le gouvernement syrien pour obtenir ses commentaires.

Le gouvernement syrien a longtemps été accusé de crimes de guerre, mais il a insisté à plusieurs reprises sur le fait que ses frappes visaient des « terroristes ». Il a nié avoir utilisé des armes chimiques.

« Nous n’avons jamais utilisé notre arsenal chimique dans notre histoire », a déclaré Assad en 2017. Il a ajouté que « moralement », le gouvernement syrien ne ferait jamais cela « parce que ce n’est pas acceptable ».

Gn En head

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page