Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

La France dévoile un plan pour réduire l’empreinte carbone de l’industrie du transport maritime

Publié le:

La France a dévoilé un plan visant à réduire l’empreinte carbone du secteur maritime au cours des sept prochaines années. Forte d’un financement de 300 millions d’euros, l’industrie se tourne vers un avenir plus vert avec l’objectif de construire un navire zéro émission.

Le secrétaire d’Etat français chargé des Affaires maritimes, Hervé Berville, a annoncé mardi le plan « France-Mer 2030 » lors d’une conférence à Lille.

France-Mer 2030 proposera à l’État un « guichet unique » pour réduire son empreinte carbone dans le secteur du transport maritime, principalement en émissions de gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone.

Le plan favorisera également l’innovation avec « le navire zéro émission comme horizon », a déclaré Berville.

L’accompagnement prendra la forme d’une concertation de dix mois avec l’ensemble des acteurs de la filière et une cellule au sein du ministère de la Marine.

« Une trajectoire de décarbonation devra être définie pour chaque type de flotte », a-t-il indiqué, insistant sur la nécessité de lever rapidement les « problèmes technologiques » pour décarboner les navires de pêche, de commerce et de tourisme.

Dans cette optique, le gouvernement prévoit de mobiliser « 300 millions d’euros de financements publics d’ici la fin du quinquennat » mais aussi de « créer un fonds d’investissement maritime pour accroître le soutien par des subventions, des prises de participation et des garanties ».

Ce mécanisme irait de pair avec la mobilisation de fonds privés, a déclaré Berville.

Les Armateurs de France, organisation professionnelle représentant 57 entreprises du secteur maritime, n’ont pas tardé à apporter leur soutien à l’initiative gouvernementale.

Plateforme de projets

Alors que seulement 12% des navires utilisés en France sont construits dans le pays, contre 80% en 1980, Berville a souligné la nécessité de rendre le futur navire zéro carbone « le plus français possible ».

Pour atteindre les objectifs fixés dans le plan, il a également déclaré que le nombre d’officiers formés en France doublerait d’ici 2027.

De son côté, le PDG de CMA CGM Rodolphe Saadé a annoncé pour sa part que l’armateur français doterait le nouveau fonds France-Mer de 200 millions d’euros.

« Il ne s’agit pas seulement de fret mais de tout ce qui concerne les affaires maritimes en France », a-t-il déclaré, ajoutant que CMA CGM lancerait une plateforme de projets en janvier 2023.

Cette contribution de CMA CGM s’inscrit dans le cadre du fonds de 1,5 milliard d’euros déjà annoncé par l’armateur pour accélérer la décarbonisation de ses activités via la création d’un Fonds Energie.

Au sujet de l’éolien en mer, Berville a réaffirmé l’objectif de 50 parcs en 2050 fixé par le président Emmanuel Macron, expliquant que l’État allait lancer des appels d’offres pour générer 2 GW par an, de sorte qu’une capacité de 20 GW serait attribuées d’ici 2030.

rfi En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page