Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

La France cherche à réprimer les jets privés « écocides » alors que la crise climatique s’aggrave

Publié le:

Les politiciens français discutent de la réglementation ou même de l’interdiction de l’utilisation des jets privés alors que les vagues de chaleur et la flambée des prix de l’énergie attirent l’attention sur l’urgence de lutter contre le changement climatique. Mais certains professionnels de l’industrie disent que les jets privés sont injustement ciblés.

Le ministre français des Transports, Clément Beaune, a déclaré qu’il envisageait de taxer l’utilisation des jets privés pour amener les entreprises et les particuliers très riches à limiter leurs trajets courts mais à forte intensité de carbone.

« Je crois qu’au niveau national ou européen, on pourrait réfléchir soit à des systèmes de taxation, soit à des systèmes de régulation », a-t-il déclaré jeudi sur France 2. « Il est clair que les vêtements devront changer. »

Son ton était moins strident que le week-end où il ébouriffait les plumes du gouvernement en disant Le Parisien quotidiennement que ces avions devaient être restreints pour leur contribution démesurée au réchauffement climatique.

« Cela devient le symbole d’un effort à deux vitesses » pour lutter contre le changement climatique, a-t-il déclaré, ajoutant qu’il était « prêt à agir et à réguler les vols en jets privés ».

Il a admis jeudi que les mesures visant l’utilisation des jets privés étaient susceptibles d’être « symboliques » mais a soutenu que ceux qui polluaient le plus devaient « faire un plus grand effort ».

Réaction publique

Les commentaires de Beaune font suite à une réaction publique croissante contre les jets privés alors que des semaines de sécheresse et d’incendies de forêt ont fait naître un sentiment d’urgence climatique.

Le gouvernement a également appelé à une meilleure conservation de l’énergie à la suite de la flambée des prix de l’énergie alimentée par la guerre en Ukraine.

Une étude de l’année dernière a révélé que les jets privés étaient 10 fois plus intensifs en carbone que les avions de ligne en moyenne et 50 fois plus polluants que les trains.

L’étude a également affirmé que la France avait le deuxième plus grand nombre de mouvements de jets privés en Europe après la Grande-Bretagne, les propriétaires se rendant à Paris ou sur la Côte d’Azur.

Certains comptes de médias sociaux ont commencé à suivre les vols effectués par un certain nombre de milliardaires français.

Le compte Twitter « I fly Bernard » – mis en place pour suivre les vols du milliardaire français et chef du groupe de produits de luxe LVMH Bernard Arnault – a depuis commencé à suivre davantage de super-riches français dans le but de rendre leur « mode de vie écocide » plus visible au grand public.


Vendredi dernier, il a été démontré qu’un jet privé appartenant au groupe Bolloré – qui possède le géant français des médias Vivendi – a volé trois fois le même jour.

Quelques « quelques » mauvais exemples

« Les outils de ressources ouvertes permettent de suivre facilement les jets privés, mais le nombre appartenant à des milliardaires et qui sont pointés du doigt est infime », explique Xavier Tutelman, consultant en aéronautique chez Air & Cosmos.

« C’est du populisme. Quelques mauvais exemples sont utilisés pour dire que tous les jets privés sont mauvais.

Tout dépend du nombre de passagers transportés, dit-il.

« Un jet qui transporte 10 passagers consomme 7 litres aux 100 km. C’est beaucoup, mais semblable à une voiture. Alors que si vous êtes seul dans l’avion, c’est 70 litres aux 100 km.

Alors que les milliardaires sont décrits comme faisant le tour du pays pour le plaisir, Tutelman affirme que la majorité des voyages en jet privé sont effectués par des professionnels « effectuant des travaux urgents et essentiels », comme le transport de pièces de rechange vers une usine en panne.

« La plupart ne sont pas des gens qui dépensent de l’argent pour le plaisir. »

Interdiction pure et simple

Le ministre des Transports dit qu’il n’est pas favorable à une interdiction générale des jets privés, mais les écologistes français en font pression.

« Cette mesure aurait un impact sur un très petit nombre de personnes, avec d’immenses bénéfices écologiques », a déclaré le député Julien Bayou, chef du parti des Verts. Sortie du quotidien.

Il a dit qu’il présenterait bientôt un projet de loi pour les interdire purement et simplement.

Sans surprise, Tutelman rejette l’idée d’une interdiction qui « risquerait de porter atteinte à un secteur économique qui génère 100 000 emplois en France, et d’impacter les vols sanitaires qui bénéficient de tels jets privés ».

Selon lui, seulement 2 % des émissions générées par le secteur du transport aérien sont liées aux jets privés, soit 0,04 % des émissions de carbone de la France.

« S’attaquer à quelque chose qui représente 0,04% des émissions de carbone est spectaculaire, cela rend les politiciens heureux, mais c’est absolument ridicule en termes d’efficacité », affirme Tutelman.

Régulation

Beaune a été chargé d’élaborer des propositions réglementaires et a confirmé jeudi que la question des jets privés serait à l’ordre du jour d’une réunion des ministres européens des transports en octobre.

Les options incluent l’obligation pour les entreprises de divulguer les voyages effectués à bord d’avions privés ou l’extension du nouveau système d’échange de quotas d’émission (ETS) de l’UE – dans le cadre des efforts du bloc pour réduire les émissions de 55% d’ici 2030 – pour inclure les jets privés.

Il y a eu des appels pour que les jets privés soient inclus dans la loi française sur le climat de 2021 interdisant les vols intérieurs pour les trajets qui prendraient moins de deux heures et demie en train.

Quelle que soit la réglementation proposée par le gouvernement, Tutelman dit qu’elle doit être à l’échelle européenne.

« Une réglementation qui ne s’applique qu’à la France sera inapplicable. Vous pourriez juste faire un petit détour et survoler l’Allemagne ou l’Italie pour rendre votre voyage « non français » et donc non taxable. »

Opportunités

Tutelman ne nie pas la nécessité d’une réglementation.

« La France pourrait décider d’introduire, voire d’imposer, l’utilisation de carburants d’aviation durables [SAF] ce qui nous permettrait de réduire l’empreinte carbone d’un vol de 80 %. »

Et tandis que le coût élevé de ces carburants signifie qu’ils ne sont pas largement utilisés, « peut-être que les utilisateurs de jets privés pourraient se les permettre », dit-il.

L’augmentation de la demande finirait par faire baisser les prix, soutient-il.

Les jets privés pourraient même être le moteur d’une transition plus verte en accélérant l’arrivée des premiers avions 100 % électriques, prévue pour 2025.

« Nous avons de la chance d’avoir ces petits jets privés, ce sont les premiers qui pourraient faire cette transition », a déclaré Tutelman.

« La transition consiste à passer à des avions plus verts, et non à tout interdire en vol. »



New Grb2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page