Skip to content
La Fed devra relever ses taux au moins jusqu’à début 2023 face à l’inflation


La lutte contre l’inflation doit être la priorité de la banque centrale américaine (Fed), a déclaré vendredi l’un de ses responsables, qui anticipe des hausses des taux directeurs au moins jusqu’au début de 2023, pour freiner cette hausse des prix.

• Lisez aussi : Produits à faible coût : Dollarama profite de la hausse de l’inflation

• Lisez aussi : Hausse du taux directeur : nouveau coup dur pour le portefeuille

• Lisez aussi : Londres gèle les tarifs de l’énergie face à la flambée des prix

« Ramener l’inflation de manière significative et persistante vers notre objectif de 2% (nécessitera) des hausses de taux directeurs jusqu’au début de l’année prochaine au moins », a déclaré Christopher Waller, l’un des gouverneurs de l’institution. , notant que le rythme précis dépendra de l’évolution de l’économie.

« C’est un combat dont nous ne pouvons pas nous passer, et nous ne nous en sortirons pas. (…) Nous continuerons à lutter agressivement contre l’inflation », a assuré le gouverneur lors d’un discours à Vienne (Autriche).

Pour ralentir la demande, et ainsi atténuer la pression sur les prix, la puissante Réserve fédérale remonte progressivement ses taux depuis mars. Ceux-ci se situent désormais dans une fourchette de 2,25 à 2,50 %.

Une nouvelle hausse de trois quarts de point de pourcentage est attendue lors de la prochaine réunion des 20 et 21 septembre.

« Je soutiens une hausse significative (…) afin de mettre notre politique en mesure de vraiment ralentir la demande », a déclaré Christopher Waller, avertissant toutefois que ramener l’inflation autour des 2% considérés comme sains pour l’économie, « prendra du temps ». .

L’inflation américaine a ralenti en juillet, après avoir atteint son plus haut niveau en plus de 40 ans en juin. A 8,5% sur un an, selon l’indice CPI, il reste néanmoins très élevé.

« Il est encore trop tôt pour dire que l’inflation a ralenti de manière significative et durable », a prévenu M. Waller.

Il estime que les craintes de récession «se sont estompées et que le marché du travail américain robuste nous donne la flexibilité d’être agressifs dans notre lutte contre l’inflation».

« Nous ne sommes pas » entrés en récession au premier semestre 2022, a-t-il même souligné, alors que les chiffres « confirment que la Fed a atteint son (objectif) de plein emploi, donc mon attention est focalisée sur la baisse de l’inflation ».

Cependant, il a relevé « des signes de modération de l’activité économique », notamment sur le marché immobilier.

« Alors que nous continuons à augmenter les taux, nous devrons voir, mois par mois, comment les ménages et les entreprises s’adaptent au resserrement des conditions financières et comment cet ajustement affecte l’inflation », a encore souligné le gouverneur.



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.