Nouvelles locales

la croissance économique mondiale ralentirait à 4% en 2022

L’économie mondiale ralentirait à 4% en 2022 et 3,5% en 2023, après une nette amélioration de 5,5% en 2021. C’est selon les dernières prévisions de l’ONU. L’Organisation affirme que dans la plupart des pays en développement, les pertes de production par rapport aux projections pré-pandémiques resteront importantes en raison d’un accès insuffisant aux vaccins et de ressources financières limitées. Le rapport, qui cite le Maroc parmi les rares pays africains qui ont mené leurs campagnes de vaccination, note que la reprise a été particulièrement lente dans les économies dépendantes du tourisme.

La valse des prévisions de croissance économique dans le monde se poursuit. Les dernières en date émanent de l’ONU, qui table sur un ralentissement de la croissance à 4 % en 2022 et 3,5 % en 2023, après une nette amélioration de 5,5 % en 2021. L’ONU indique, dans son rapport sur la situation et les perspectives économiques mondiales 2022, que dans la plupart des pays en développement, les pertes de production par rapport aux projections pré-pandémiques resteront « substantielles » en raison d’un accès insuffisant aux vaccins et de ressources financières limitées. Le rapport, qui cite le Maroc parmi les rares pays africains qui ont mené leurs campagnes de vaccination, note que la reprise a été particulièrement lente dans les économies dépendantes du tourisme. « La promesse d’une forte reprise mondiale est menacée. La pandémie est loin d’être terminée et les perspectives de croissance restent sensibles aux nouvelles vagues d’infection, aux restrictions potentielles et renouvelées des activités économiques, aux défis du marché du travail, aux contraintes persistantes de la chaîne d’approvisionnement et à la hausse de l’inflation », soulignent les auteurs du rapport.

Ils notent que les décideurs politiques sont confrontés à des «compromis critiques» pour équilibrer le besoin continu de soutien politique avec des pressions croissantes pour retirer les mesures de relance extraordinaires. Pour les économistes de l’ONU, les autorités monétaires et budgétaires « doivent soigneusement séquencer, calibrer et coordonner leurs politiques pour éviter des ajustements désordonnés ». Ils considèrent que les achats massifs d’actifs par les banques centrales ont été efficaces pour faire face aux difficultés financières. Cependant, de telles interventions ont, selon eux, conduit à une sous-évaluation des risques et encouragé une prise de risque et des emprunts excessifs. « En gonflant les prix des actifs, ils ont profité de manière disproportionnée aux ménages les plus riches et exacerbé les inégalités de richesse, de genre et intergénérationnelles », disent-ils.

Pour lutter contre la pandémie et soutenir la reprise économique, un appui budgétaire proactif reste essentiel, selon l’ONU. Cependant, ajoute-t-elle, de nombreux pays sont confrontés à une pression croissante en faveur de l’assainissement budgétaire dans un contexte de niveaux élevés de dette publique. « Tout en évitant un assainissement budgétaire prématuré, les pays devront mieux cibler les dépenses publiques pleinement alignées sur les objectifs de développement durable », insiste l’Organisation.

Elle déplore également que le fardeau insoutenable de la dette extérieure, les emprunts supplémentaires pendant la pandémie et l’augmentation des coûts du service de la dette aient mis de nombreux pays en développement à faible revenu au bord d’une crise de la dette. Il prévient que l’annulation des programmes d’achat d’actifs et les fortes hausses des taux d’intérêt dans les pays développés pourraient déclencher d’importantes sorties de capitaux et aggraver encore la viabilité de la dette de nombreux pays en développement.
L’accès inégal aux vaccins et les engagements insuffisants pour relever les défis de la dette soulignent l’importance cruciale d’un multilatéralisme renforcé pour faire face à la pandémie et accélérer une reprise forte et inclusive de l’économie mondiale. ‘ONU. « La coopération internationale est cruciale pour remettre le monde sur la bonne voie pour parvenir à un développement durable et prendre des mesures climatiques audacieuses », conclut-elle.



lematin

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page