Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

La crise immobilière renforce les tensions sur le marché du travail


Est-il encore possible de trouver un logement décent à Paris avec un salaire de fonctionnaire ? Lassée de chercher des solutions, Bérénice (nom modifié), professeur d’arts visuels dans les écoles de la capitale, a fini par emménager en septembre avec son fils dans un appartement de 52 mètres carrés dans les Yvelines, à une heure de son domicile de travail. Il y a cinq ans, lorsque sa relation s’est effondrée, elle a compris que devenir indépendante n’était pas facile. Son salaire, comparé aux loyers parisiens, ne lui permettra au mieux d’accéder qu’à un appartement de 25 mètres carrés, avec une chambre individuelle, pour son fils. « À 55 ans, après une vie dans l’éducation et le social, dormir sur le canapé du salon et ne pas avoir un sou à la fin du mois, tel était l’horizon »Elle est indignée.

Il entreprend cependant des démarches pour obtenir un logement social. « Comme tous les feux ne sont pas rouges, vous n’avez aucune chance. »Lui dit un jour une assistante sociale, qui détaille : il n’a pas de famille nombreuse, il ne vit pas à l’hôtel ni chez un tiers, il n’est pas victime de violences. « Je ne vais pas faire croire aux gens que je suis vaincu ! »répond Bérénice. « Eh bien oui ! », a répondu sérieusement la dame, une main courante aiderait le dossier à avancer.dit-elle, toujours abasourdie. Elle ne fera rien à ce sujet. Aujourd’hui, dans le petit salon de son nouvel appartement, il se demande : « J’aime mon travail, mais est-ce que ça vaut le coup ? Peut-être vaudrait-il mieux aller en province ? Nous aurions une vie moins étouffée… »

Cette question se pose dans de nombreux foyers ouvriers de la classe moyenne parisienne. La capitale a également connu une érosion légère mais continue de sa population ces dernières années. Dans toutes les métropoles et territoires attractifs, les administrations et les entreprises subissent le même sort. « Bien souvent, les emplois qui ne sont pas pourvus sont dus à un problème de logement »a prévenu cet été Geoffroy Roux de Bézieux, toujours président du Medef. «C’est un énorme problème. Pour les employeurs qui ne trouvent pas de salariés et pour nos salariés qui doivent vivre à deux heures de leur travail., ajoute Bernard Cohen-Hadad, président de la CPME Ile-de-France.

Ce n’est pas nouveau. Depuis le début des années 1950, face à la pénurie, l’État et les partenaires sociaux ont créé 1 % des logements. L’organisme, rebaptisé Action Logement, continue de financer le logement des salariés aux revenus modestes, en collectant une cotisation, la Participation patronale à l’effort de construction (PEEC), fixée à 0,45 % de la masse salariale de l’entreprise.

Il vous reste 80% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.


Gn fr loc

Malagigi Boutot

A final year student studying sports and local and world sports news and a good supporter of all sports and Olympic activities and events.
Bouton retour en haut de la page