Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
L'Europe

La crise énergétique en Afrique du Sud s’aggrave

Le matin du 27 juin 2022, le délégué syndical du Syndicat national des mineurs (NUM) David Fankomo a rejoint ses collègues sur le piquet de grève devant le bureau d’Emalahleni d’Eskom, au cœur de la ceinture houillère d’Afrique du Sud. Les travailleurs d’Eskom, la compagnie d’électricité publique du pays, ont été assiégés dans quatre séries de négociations salariales avec les dirigeants depuis avril 2022. L’Afrique du Sud est riche en énergie mais est au milieu de pénuries d’énergie en cascade. Le syndicat de Fankomo est au cœur de cette crise : les ouvriers sortent le charbon du sol mais vivent avec à peine assez de son énergie.

Le 28 juin, Eskom a annoncé qu’il allait mettre en œuvre le «délestage de charge de l’étape 6» en raison d’une «action revendicative illégale». Le « délestage » est défini comme une mesure de rationnement visant à réduire la demande d’énergie électrique en imposant des coupures de courant par rotation lorsque l’approvisionnement des centrales électriques est fortement contraint. Le calendrier de délestage de l’Afrique du Sud va de l’étape 1 à 8. L’étape 8 représente un effondrement à grande échelle du réseau. L’étape 6 a laissé des régions du pays sans électricité, au milieu de l’hiver, jusqu’à huit heures par jour. Le délestage fait désormais partie du vocabulaire quotidien et l’un des symptômes déterminants de la décadence de l’État post-apartheid et du dysfonctionnement politique.

Se préparer à un effondrement

La crise d’Eskom donne un aperçu des échecs et de la trajectoire de la révolution démocratique nationale du Congrès national africain au pouvoir. La mise en œuvre en 1996 de GEAR (Growth, Employment and Redistribution), un cadre macroéconomique adopté par l’ancien président Thabo Mbeki, a jeté les bases de l’expansion des partenariats public-privé en tant que modèle de prestation de services. Cette politique a stimulé des réformes qui ont initié un déploiement massif de compteurs d’électricité prépayés comme moyen plus agressif de collecter les paiements d’électricité résidentiels. Ces changements ont été forcés même avec la hausse constante des coûts de l’électricité, ce qui a aggravé l’introduction de nouveaux obstacles à l’accès pour les utilisateurs de la classe ouvrière. En réponse, la résistance est venue des travailleurs et de la société civile, qui ont tous deux exigé la fin de la privatisation.

Depuis GEAR, il y a eu un manque chronique d’investissements dans de nouvelles capacités de production publique, laissant Eskom dépendant de centrales au charbon vieillissantes et mal entretenues.

Phakamile Hlubi-Majola, porte-parole du Syndicat national des métallurgistes d’Afrique du Sud (NUMSA), m’a dit que son syndicat tient «Eskom pour responsable du gaspillage effréné de l’argent des contribuables dépensé pour les coûts excessifs du charbon, du diesel et des producteurs d’électricité indépendants, tout en essayant de réduire avantages sociaux des travailleurs. Hlubi-Majola a insisté sur le fait que les travailleurs d’Eskom n’ont pas encore reçu d’augmentation de salaire significative en quatre ans, mais au cours de la même période, les coûts de l’énergie primaire ont fortement augmenté. Alors que les négociations atteignaient une impasse fin juin 2022, un certain nombre de travailleurs se sont lancés dans une action de protestation, indépendante d’une sanction syndicale, pour faire part de leur colère et de leur mécontentement.

Pas de lumière à la maison

Le gouvernement sud-africain rapporte que plus d’un travailleur sur trois est aujourd’hui au chômage. Cela arrive à un moment où les prix du carburant et de l’énergie montent en flèche. « L’électricité s’éteint au moment où les travailleurs rentrent chez eux », déclare Kashiefa Achmat, présidente de l’Assemblée du logement, une organisation de la société civile locale qui mène une campagne pour « un logement décent pour tous ». Elle ajoute : « Même la nourriture que nous avons achetée part très vite. Là où nous vivons, quand les coupures sont la nuit, il fait très sombre et dangereux de se promener, surtout pour les femmes. Les gangsters attendent ces opportunités ; même les câbles sont volés. Nos réseaux téléphoniques deviennent également lents en cas de délestage.

L’utilisation du bois et de la paraffine dans les ménages urbains est courante en raison des coûts élevés de l’électricité ou de l’absence totale de connexion électrique. Ceci est particulièrement répandu dans les cantons en raison d’un manque de sécurité foncière des établissements informels récemment agrandis.

Depuis le début de la pandémie de COVID-19 et les fermetures d’avril 2020, l’Afrique du Sud a été définie par des centaines d’occupations de terres et de grèves de prestation de services. Les communautés ouvrières sont descendues dans la rue dans des efforts continus pour forcer le gouvernement à s’acquitter de son mandat de base, pour être confrontées à la répression policière et à l’utilisation opportuniste de réglementations spéciales liées à la pandémie pour échapper à l’engagement.

Voler Pierre pour payer Paul

Dans le cadre du modèle de financement actuel des collectivités locales, les municipalités sont obligées de générer des bénéfices sur la fourniture de services de base pour financer leurs opérations, investir dans de nouvelles infrastructures et rembourser la dette existante. En 2021, l’encours de la dette municipale due à Eskom s’élevait à plus de 35 milliards de rands, avec au moins 20 municipalités en défaut de paiement. Cette tendance est en grande partie un sous-produit du système défectueux de financement municipal et non le résultat de cas individualisés de mauvais comportement de la part des utilisateurs.

Les propres niveaux d’endettement d’Eskom ont grimpé en flèche pour atteindre environ 400 milliards de rands. Dans une étude réalisée en soutien au mouvement syndical, Eskom Transformed, les racines de la dette provenaient de trois domaines clés. Les prêts prédateurs accordés par la Banque mondiale et le FMI pour les mégaprojets charbonniers Medupi et Kusile ont tous deux entraîné des dépenses irrégulières et des dépassements. Les augmentations du coût de l’énergie primaire sont principalement dues à l’achat d’énergie coûteuse auprès de producteurs privés. Les niveaux d’endettement provenaient également d’augmentations spectaculaires dues au coût du charbon provenant de fournisseurs locaux.

Transition juste

Dans le contexte de cette crise, les plans de transition énergétique de l’Afrique du Sud ont fait la une des journaux internationaux à la suite du sommet de l’ONU sur le climat de 2021 à Glasgow. Le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et les États-Unis ont proposé un accord de partenariat pour une transition énergétique juste avec l’Afrique du Sud d’une valeur de 8,5 milliards de dollars, consistant en un mélange de subventions et de prêts qui reste à négocier. Le plan de financement, soutenu par la Banque mondiale et le FMI, vise à accélérer la fermeture de la flotte de charbon de l’Afrique du Sud et à développer des infrastructures propices au déploiement rapide de systèmes d’énergie renouvelable. Le plan a été étroitement lié à une autre série de réformes agressives visant à restructurer le système énergétique national permettant une utilisation accrue des centrales électriques privées. Ces projets sont déjà dominés par des multinationales du secteur de l’énergie, ainsi que par des participations détenues par des sociétés de capital-investissement, toutes deux largement situées en Europe.

La centrale électrique de Komati, une centrale au charbon des années 1960 basée à Mpumalanga, est le premier générateur devant être déclassé dans le cadre des plans proposés. La station doit être réalimentée pour utiliser des panneaux solaires photovoltaïques, des turbines à gaz et des batteries de stockage. Fankomo de NUM, basé sur ce site même, a fait part de ses inquiétudes aux médias concernant le manque de consultation des travailleurs et l’incertitude quant à la future propriété de l’usine malgré la date de fermeture imminente de septembre 2022.

Deux voies s’offrent à vous. La première est que les technocrates libéraux fourniront une solution axée sur le marché, dont les efforts ont échoué au cours du dernier quart de siècle. L’autre est que les syndicats peuvent canaliser le mécontentement du bâtiment pour forcer un nouveau pacte social. Les syndicats ont appelé à la construction d’une campagne de masse pour une grève générale exigeant la fin de la privatisation aux côtés d’une longue liste de revendications historiques pour amener l’économie sous la propriété et le contrôle partagés.

euobserver-neweurope

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page