Skip to content
La Corée du Nord tire plus de missiles alors que les États-Unis font voler des bombardiers au-dessus du Sud

L’armée sud-coréenne a déclaré que deux bombardiers B-1B se sont entraînés avec quatre avions de chasse américains F-16 et quatre avions sud-coréens F-35 au cours de la dernière journée des exercices conjoints de l’armée de l’air « Vigilant Storm » qui se terminent samedi. C’était la première fois depuis décembre 2017 que les bombardiers étaient déployés dans la péninsule coréenne. L’exercice a impliqué environ 240 avions de combat, y compris des avions de combat F-35 avancés des deux pays.

Vendredi soir, le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a décrit les actions militaires du pays cette semaine comme une réponse appropriée à l’exercice, qu’il a qualifié d' »hystérie de confrontation militaire » des États-Unis. Il a déclaré que la Corée du Nord répondrait par la « réaction la plus dure » à toute tentative de « forces hostiles » d’empiéter sur sa souveraineté ou ses intérêts de sécurité.

Les chefs d’état-major interarmées sud-coréens ont déclaré que la participation des B-1B aux exercices conjoints démontrait la volonté des alliés de « répondre sévèrement » aux provocations nord-coréennes et l’engagement américain à défendre son allié avec toute la gamme de ses capacités militaires, y compris nucléaire.

Les survols de B-1B avaient été une démonstration de force familière au cours des périodes passées de tensions avec la Corée du Nord. Les avions sont apparus pour la dernière fois dans la région en 2017, lors d’une autre course provocatrice lors de démonstrations d’armes nord-coréennes. Mais les survols avaient été interrompus ces dernières années, les États-Unis et la Corée du Sud ayant interrompu leurs exercices à grande échelle pour soutenir les efforts diplomatiques de l’ancienne administration Trump avec la Corée du Nord et en raison de la pandémie de COVID-19.

Les alliés ont repris leur entraînement à grande échelle cette année après que la Corée du Nord a accéléré ses essais d’armes à un rythme record, exploitant une division au Conseil de sécurité de l’ONU sur la guerre de la Russie contre l’Ukraine comme une fenêtre pour accélérer le développement des armements.

La Corée du Nord déteste de telles démonstrations de la puissance militaire américaine à bout portant. Le Nord a continué à décrire le B-1B comme un « bombardier stratégique nucléaire » bien que l’avion soit passé à l’armement conventionnel au milieu des années 1990.

Vigilant Storm devait initialement se terminer vendredi, mais les alliés ont décidé de prolonger l’entraînement jusqu’à samedi en réponse à une série de lancements balistiques nord-coréens jeudi, dont un ICBM qui a déclenché des alertes d’évacuation et arrêté des trains dans le nord du Japon.

Les lancements de jeudi sont intervenus après que le Nord a tiré plus de 20 missiles mercredi, le plus en une seule journée. Ces lancements ont eu lieu après que le haut responsable militaire nord-coréen Pak Jong Chon a émis une menace voilée d’un conflit nucléaire avec les États-Unis et la Corée du Sud au sujet de leurs exercices conjoints, qui, selon le Nord, sont des répétitions pour une éventuelle invasion.

La Corée du Sud a également dépêché vendredi environ 80 avions militaires après avoir suivi environ 180 vols d’avions de guerre nord-coréens à l’intérieur du territoire nord-coréen. Les chefs d’état-major interarmées du Sud ont déclaré que les avions de guerre nord-coréens avaient été détectés dans diverses zones à l’intérieur des terres et le long des côtes est et ouest du pays, mais ne se sont pas particulièrement rapprochés de la frontière coréenne. L’armée sud-coréenne a repéré environ 180 pistes de vol de 13h00 à 17h00, mais il n’était pas immédiatement clair combien d’avions nord-coréens étaient impliqués et si certains avaient pu voler plus d’une fois.

Dans la déclaration de vendredi attribuée à un porte-parole non identifié, le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a déclaré que les États-Unis et la Corée du Sud avaient créé une « atmosphère instable » dans la région avec leurs exercices militaires. Il a accusé les États-Unis de mobiliser leurs alliés dans une campagne utilisant des sanctions et des menaces militaires pour faire pression sur la Corée du Nord pour qu’elle désarme unilatéralement.

« La provocation soutenue sera forcément suivie d’une contre-action soutenue », indique le communiqué.

La Corée du Nord a lancé des dizaines de missiles balistiques cette année, dont plusieurs ICBM et un missile à portée intermédiaire survolé le Japon. Les responsables sud-coréens disent qu’il y a des indications que la Corée du Nord pourrait faire exploser son premier dispositif d’essai nucléaire depuis 2017. Les experts disent que la Corée du Nord tente de forcer les États-Unis à l’accepter comme puissance nucléaire et cherche à négocier des concessions économiques et de sécurité d’un poste de force.


Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.